Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2020

Ce sera un beau moment que celui du prononcé de l'arrêt

... du confinement et de la pandémie du Covid-19 (oui,"du" et non "de la", au nom de quelle règle devrait-on mettre au féminin toutes les maladies et misères humaines ? )  .

https://www.opinion-internationale.com/wp-content/uploads/2020/05/whatsapp-image-2020-05-12-at-10.24.52.jpeg

??? Est-ce possible ?

 

 

« A Anne-Rose Calas

Je n’ai point écrit depuis longtemps à madame Calas, parce que j'ai été assez malade ; mais j'ai été exactement informé de tout ce qui la concerne ; je ne doute pas qu’elle n'ait un succès complet . L'Europe qui a été attendrie de son malheur sera également sensible à la justice qu'on doit lui rendre, et qui probablement lui sera déjà rendue lorsqu’elle recevra ce billet . Ce sera un beau moment que celui du prononcé de l'arrêt . Je supplie madame Calas en embrassant son fils et ses filles, de leur dire combien je m'intéresse à toute la famille . Je la remercie de s'être souvenue de moi dans ses lettres à M. Debrus . Elle doit être trop occupée pour m'écrire , je ne prétends point qu'elle s'en donne la peine . Un mot dans une lettre de M. Debrus suffira toujours .

J'ai l'honneur d'être avec un zèle inaltérable son très humble et très obéissant serviteur .

Voltaire .

Au château de Ferney 15è mars 1765. 1»

1 D'après le manuscrit original sur lequel Mme Calas a noté : « Lettre de M. de Voltaire du 15 mars 1765 ».

Écrire un commentaire