Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2020

le public se lasse bien vite d'être généreux

... Vacances !

La Grenouille qui Veut se Faire Aussi Grosse que le Bœuf

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

30 mars [1765] 1

Mon cher frère,

Je vous crois instruit des démarches du parlement de Toulouse , qui a défendu qu'on affichât l'arrêt des maîtres des requêtes et qui s'est assemblé pour faire au roi de belles remontrances tendant à faire déclarer bien roués tous ceux qui ont été roués par ledit parlement . Je ne sais pas si ces remontrances auront lieu . J'ignore jusqu’à quel point la cour ménagera le parlement des Wisigoths . C'est dans cette incertitude que j'ai conseillé à la veuve Calas de ne point hasarder la prise à partie, sans faire pressentir les deux ministres dont dépend sa pension ; mais je me rendrai à l'avis que vous aurez embrassé .

J'attends tous les jours à Toulouse la copie authentique de l'arrêt qui condamne toute la famille Sirven ; arrêt confirmatif de la sentence rendue par un juge de village ; arrêt donné sans connaissance de cause ; arrêt contre lequel tout le public se soulèverait avec indignation si les Calas ne s'étaient pas emparés de toute sa pitié . Je ne conseillerais pas à un auteur de donner une seconde pièce patriotique . Il n'y a que le zèle de M. de Beaumont qui soit inépuisable ; le public se lasse bien vite d'être généreux .

Je reçois dans le moment la sentence des Sirven . Je les croyais roués et brûlés, ils ne sont que pendus . Vous m'avouerez que c'est trop s'ils sont innocents et trop peu s'ils sont parricides . Les complices bannis me paraissent encore un nouvel affront à la justice, car s'ils sont coupables d’un parricide, ils méritent la mort . Il n'y a pas le sens commun chez les Wisigoths . Je crois qu’après les Sirven les gens les plus à plaindre sont ceux qui liront ces horreurs .

Je suis bien malade . Tout baisse chez moi hors mes tendres sentiments pour vous ; je me soumets à l'Être de êtres et aux lois de la nature . »

1 Une copie contemporaine la date par inadvertance de 1767 ; l'édition de Kehl, suite à la copie Beaumarchais amalgame cette lettre à celle du 5 avril 1765 : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/09/correspondance-annee-1765-partie-12.html

Écrire un commentaire