Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2020

Vos jeunes attraits, vos œillades Ne me rendront pas mon printemps. Quand on a parcouru dix huit olympiades, L’esprit et son étui sont minés par les ans, On ne fait plus de vers galants

... Dit le décrépit Jean-Claude Gaudin à Michèle Rubirola la plantureuse [sic]*, élue maire de Marseille : https://www.francetvinfo.fr/elections/municipales/recit-m...

* NDLR : James ne peut s'empêcher, une fois de plus , de souligner les contrastes chez nos élu-e-s .

Rubirola promet 'la fin du clientélisme et du népotisme' à Marseille

Bon courage dans cette ville de fadas

 

« A Jean-Chrysostome Larcher, comte de La Touraille 1

[Premi]er gentilhomme de S.A.S. Mgr le

Prince de Condé, etc.

à l'hôtel de Condé

à Paris

29è mars 1765 au château de Ferney

par Genève 2

Vous en avez usé avec moi, monsieur, comme une jeune coquette qui se pare de tous ses charmes pour séduire un pauvre vieillard à qui elle donne des désirs inutiles . Vous m'avez cajolé, vous m'avez envoyé de jolis vers ; mais je répondrai à votre muse agaçante :

Vos jeunes attraits, vos œillades

Ne me rendront pas mon printemps.

Quand on a parcouru dix huit olympiades,3

L’esprit et son étui sont minés par les ans,

On ne fait plus de vers galants,

Ou si l'on en veut faire, ils sont durs ou fades .

Des neuf savantes sœurs j'ai force rebuffades,

Du cheval ailé des ruades ,

Et des sourires méprisants

Des belles dames à passades .

Condé même, Condé qui par tant d'estocades

Égala jeune encor les héros du vieux temps,

Et qui dans l'art de vaincre a peu de camarades,
Exciterait en vain mes efforts languissants.

Irai-je répéter dans de froides tirades

Ce qu'on a dit cent fois des illustres parents

Dont la gloire avec lui faisait des accolades

Aux campagnes des Allemands ?

Qu'il soit chanté par vous, par tous vos jeunes gens,

Et non par de vieux malades .

Je m'en tiens donc à vous assurer en prose de toute mon estime et mon respectueux dévouement.

 

V.

 

J'ai chez moi un jeune homme infiniment aimable et qui rend justice à ceux qui le p[rotègent ?]4 car il vous est très attaché . C'est M. de Vil[ette]. »

2 L'édition de Kehl est réduite aux vers .

3 V* a changé dix en dix-huit .

4 Le papier est endommagé, ainsi que plus loin .

Écrire un commentaire