Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2020

j'aime à voir les grands hommes

...

L'histoire des Grands Hommes | À Voir

Un petit regret néanmoins : Il n’y a pas que des grands hommes qui ont fait l’Histoire mais aussi de grandes femmes ;-)

https://www.paperblog.fr/7377725/l-histoire-des-grands-ho...

 

 

« A Élie Bertrand

Le 2 avril 1765 1

Vous voudriez, mon cher philosophe, être assez heureux pour placer monsieur votre fils auprès du roi de Pologne . Vraiment je le crois bien et si j'avais un fils j'en ferais autant que vous . Le vôtre à ce qu'on m'a dit est digne de se former sous un prince qui est le meilleur citoyen de son pays , le plus spirituel et le plus éloquent .

Je suppose que la main de votre fils est digne de la tête du roi et qu’il écrit aussi bien que Sa Majesté dicte ; d'ailleurs le climat de Pologne ne doit pas effrayer un Suisse . Mon cher philosophe, si je n'avais que soixante ans je serais du voyage car j'aime à voir les grands hommes, mais malheureusement j'en ai soixante et douze qui joints à une très mauvaise santé en font plus que quatre-vingts . On ne peut être plus sensible que je suis au souvenir dont MM. les comtes Mniszech m'honorent ; je leur présente mes respects ; plus ils auront demeuré près de vous, plus ils devront plaire à leur aimable roi .

Je vous embrasse tendrement, ma philosophie est la très humble servante de la vôtre .

Voltaire. »

1 L’original est passé à la vente Charavay de Paris le 20 juin 1882 . Version ici selon l'édition Stanislaw Tomkowicz : Zwicku Stanislawa Augusta, Cracovie (en polonais) ; en français : Emmanuel Rostworowski : « La Suisse et la Pologne au XVIIIè siècle », « Échanges entre la Pologne et la Suisse », 1964 . Mestral était le ministre danois à Varsovie, et Bertrand lui a envoyé sans aucun doute une copie de cette lettre .

Écrire un commentaire