Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2020

Mon cher Esculape, vous êtes entouré de vos dévots et dévotes qui accourent dans votre temple d'Epidaure

... Cher Pr Raoult , je ne vous aime pas , mais vous n'êtes pas seul, il faut le reconnaitre !

A juste titre ? Peut-être . Avez-vous bien respecté le commandement "d'abord ne pas nuire " ? Je l'espère .

En forme pour comparaitre devant la commission d'enquête du Sénat (concentré de personnes à risque, faut-il le souligner  ) ?

Portrait de Didier Raoult par ROTH sur Stars Portraits

 

 

 

« A Théodore Tronchin

Lundi soir 20è mai 1765 1

Mon cher Esculape, vous êtes entouré de vos dévots et dévotes qui accourent dans votre temple d'Epidaure . Je mêle mes vœux aux leurs , mais je vous importune le moins que je peux . Je souffre sans me plaindre toutes les misères attachées à la décadence de mon âge, et à la faiblesse de ma constitution . La résignation vaut mieux que la prière .

Mme la duchesse d'Anville arrive 2. Je vous supplie de lui présenter ma lettre, et de faire valoir auprès d'elle tous les sentiments d'attachement et de respect que je lui conserverai tant que je serai en vie . Mon extrême faiblesse ne me permet pas d'aller à Genève . Si je pouvais y aller , ce serait assurément pour elle et pour vous .

Tâchez d'avoir le temps de m'instruire en deux mots si Mme la duchesse de Châtillon 3 vient dans votre temple . Toute ma petite famille vous encense avec moi, mon cher Esculape .

V.

 

J’apprends dans le 4 moment qu'un homme qui était chargé de deux grands ministères 5, les va quitter 6. Il restera toujours très grand seigneur . Je vous demande en grâce de me dire si vous croyez cette nouvelle . Je vous garderai le secret .

Il vient de m'arriver quelque chose de fort plaisant . Je vous ai écrit mon billet à plusieurs reprises 7 . Je venais de me promener au grand soleil, la tête m'a tourné, j'ai été demi-heure sans savoir ce que je faisais . Je me suis fait vomir un peu , j'avais pris de la casse le matin . Je me suis trouvé sans idée . J'ai voulu achever le dernier article de ma lettre et je n'ai pu en venir à bout . Mon pouls était fort élevé, j'avais une petite sueur, et ma vue était fort affaiblie .

Remarquez bien l'endroit de ma lettre que j'ai souligné ; j’avais mis deux mots qui ne signi[fi]aient 8 rien du tout ; c'était Énolph, alnorph 9. Je voulais absolument continuer ma phrase, et je n'en pouvais venir à bout . J'ai pris le parti de me mettre dans mon lit, j'ai bu quelques gouttes d'eau fraîche . Enfin , je suis revenu à moi, j'ai été fort étonné de mon Énolph alnorph . Je l'ai fait effacer proprement , et j'ai mis quelque chose de raisonnable à la place ; mais ça n'a pas été sans peine . Cela m'a fait voir combien l'homme est peu de chose et que nos idées ne dépendant pas plus de nous que notre digestion . Mais il y a longtemps que j'en étais convaincu .

Crescere sentimus pariterque senescere mentem. »

1 L'édition Tronchin B. est incomplète ; ici, version de André Delattre « Lettres à Théodore Tronchin » dans le Mercure de France du 1er octobre 1950 .

2 Le registre du Conseil de Genève mentionne en date du 27 mai 1765 que les syndics ont reçu la visite « de mesdames les duchesses d'Anville, de La Rochefoucauld, et la comtesse de Chabot et celle de M. le duc de La Rochefoucauld. »

3 Adrienne-Emilie-Félicité de La Baume Le Blanc de La Vallière, duchesse de Châtillon

4 V* a biffé mont écrit avant dans le .

5 Ces mots soulignés sont écrits d'une main plus large sur une première graphie qui a été effacée . On notera que V* devait avoir écrit plus que Enolph alnorph qui n'auraient pas rempli plus de la moitié de l'espace .

6 V* pense à Choiseul que la comtesse d'Esparbès de Lussan (qui prétend succéder à la marquise de Pompadour comme favorite) tente de faire disgracier ; ce sera sans succès .

7 Effectivement la dernière ligne semble avoir été écrite après coup et d'une main tremblante .

8 Lapsus de la part de Wagnière .

9Nous sentons notre esprit croître et vieillir en même temps ; Lucrèce, De natura rerum, III, 446 .

Écrire un commentaire