Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2021

Laissez moi faire mon devoir sans quoi je me brouille avec vous

... Tel semble devoir être le leitmotiv des membres du gouvernement à l'heure de leurs vacances , mais en vérité il y a loin des paroles aux actes, ministres ou pas : https://www.lefigaro.fr/politique/les-vacances-des-minist...

Départs en vacances : faites une liste pour ne rien oublier - Fanartstrip,  le Blog 100 % BD et dessins de presse

Pas impossible !

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

9 mai 1766 1

Mon cher frère, j’ai mis l’estampe des Calas au chevet de mon lit, et j’ai baisé, à travers la glace, Mme Calas et ses deux filles. Je leur en rends compte dans la petite lettre que je vous envoie.

On se plaint beaucoup de la gravure ; on trouve que les doigts ressemblent à des griffes d’oiseaux mal faites, et les bras à des cotrets 2; mais pour moi, je suis si content d’avoir cette famille sous mes yeux que je pardonne tout, et que je trouve tout bon.

Le paquet contenait aussi un Lucain et deux tomes de Goldoni, mais je m'attendais à un Fréret dont vous m’aviez tant parlé . Je suis persuadé avec vous que la sagesse du ministère n'a pas voulu qu'on débitât le Grand Dictionnaire avant qu'on eût examiné combien il est instructif et circonspect . Cette conduite du ministère est d'autant plus prudente qu'on dit que l'assemblée du clergé approche, ou du moins qu'on disait qu'elle approchait . Je vous prie de me mander si en effet elle se tiendra et dans quel temps .

Je compte vous envoyer mardi prochain, par la diligence de Lyon le buste d'un de vos amis . Il est dans le goût antique et est assurément mieux fait que l'estampe des Calas 3. Ayez la bonté, je vous en supplie, de ne point écrire aux sculpteurs et de n’avoir aucun commerce avec eux . Laissez moi faire mon devoir sans quoi je me brouille avec vous .

Je ne sais rien de nouveau car les tracasseries de Genève ne sont pas nouvelles .

Venons, s'il vous plait à notre grande affaire, au mémoire des Sirven . J'ai été bien confondu quand je ne l'ai pas vu avec l'estampe des Calas . Est-ce la maladie de M. de Beaumont qui l'a empêché de finir ce grand ouvrage ? est-ce quelque difficulté survenue sur la forme ? les avocats sont-ils d'accord ? ne le sont-ils pas ? aurons-nous beaucoup de signatures ? N'oubliez pas , je vous en conjure, un objet si digne de vous . La pauvre famille Sirven est désespérée, parce qu'on lui avait donné l'espérance la plus flatteuse .

Je viens de lire l'article Vertu ; il me console, il m'assure que notre cher Beaumont achèvera son ouvrage . Je vous réitère mon cher ami, la prière de payer l'honoraire des avocats qui signeront la consultation .

Adieu , mon cher frère, ma santé empire tous les jours, mais j'ai fait provision de patience . Embrassez pour moi Platon . »

1 L'édition de Kehl insère des extraits de cette lettre dans celle du 12 mai 1766, également incomplète : https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1766/Lettre_6338

2 Ce sont des fagots de petit bois pour allumer le feu .

3 Le sculpteur franc-comtois Jean-Claude-François-Joseph Rosset (1706-1786), qui fréquente Ferney à partir de 1765, diffuse des portraits de Voltaire dès 1766.

Écrire un commentaire