Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2021

Il serait à souhaiter que le public donnât dans le même panneau, et qu’il relût nos auteurs du bon temps, au lieu de se gâter le goût par les misérables nouveautés dont on nous accable

...  Les éditeurs, et plus particulièrement leurs lecteurs qui doivent faire un tri, sont bien du même avis . Le recherche de la perle dans le fumier n'est vraiment pas rigolote . La saison des prix littéraires arrive quand tombent les feuilles, notre ministresse de la culture va pouvoir papillonner .

Antoine Chereau Cartoonist auf Twitter: "#edition #auteur #critique #Humour  #humour #livres #libraires #librairie @antoinechereau1 @le_Parisien  @lemondefr @librairiefrance @librairie Mollat @lagrandelibrairie…  https://t.co/nbTucuH0Nz"

https://twitter.com/jokesmanager/status/903637924327047168

 

 

 

« A Nicolas-Claude Thieriot

Mon cher et ancien ami, j’aurais plus de foi à votre régime qu’à l’eau de M. Vyl. La véritable eau de santé est de l’eau fraîche, et tous ceux qui prétendent faire subsister ensemble l’intempérance et la santé sont des charlatans. Une meilleure recette est celle qu’on vous envoie de Brandebourg tous les trois mois 1. Votre arrangement me paraît très bien fait et très adroit : il n’y a personne auprès de votre correspondant qui puisse l’avertir qu’on lui donne du vieux pour du nouveau. Il serait à souhaiter que le public donnât dans le même panneau, et qu’il relût nos auteurs du bon temps, au lieu de se gâter le goût par les misérables nouveautés dont on nous accable.

Vous êtes sans doute informé du nouveau livre qui paraît sous le nom de Fréret ; c’est un excellent ouvrage qui doit déjà être connu en Allemagne. Les citations sont aussi fidèles que curieuses, les preuves claires, et le raisonnement si vigoureux qu’il n’y a qu’un sot qui puisse y répliquer. Les Lettres sur les miracles 2 de Beaudinet et de Covelle ne sont point encore connues en France.

Si je trouve dans mes paperasses quelques petits morceaux qui puissent figurer dans vos envois, je ne manquerai pas de vous en faire part ; mais à présent je suis si occupé de l’édition in-4° que les Cramer font de mes anciennes sottises, je suis si enseveli dans des tas de papiers, que je ne peux rien débrouiller . Mais quand je serai défait de cet embarras désagréable, je chercherai tous les matériaux qui pourront vous convenir. Nous comptons avoir incessamment un des neveux de votre correspondant. J’aime bien autant les voir chez moi que de les 3 aller chercher chez eux. Nous avons eu l’abbé Morellet ; c’est un homme très aimable, très instruit, très vertueux. Voilà comme les vrais philosophes sont faits, et ce sont eux qu’on veut persécuter ! Adieu, mon cher ami ; vivez tranquille et heureux.

V.

26 juin [1766].4 »

1 Le payement de ce que lui donnait le roi de Prusse, dont il était le correspondant littéraire.

3 Le manuscrit écrit d'une main non identifiée ( voir fin de la lettre du 22 juin 1766 à d'Argental : ) porte ici des pour de les .

4 Manuscrit original avec initiale et date autographes, année ajoutée par Thieriot . La lettre à laquelle répond V* est du 16 juin 1766

Écrire un commentaire