Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2022

je prends la liberté de vous envoyer pour vos étrennes un petit éloge de l’hypocrisie

... Adressé au premier ministre qui doit se faire bien voir des membres de son gouvernement , lesquels sont aux aguets pour remporter les palmes de bonne conduite .

"Lève les yeux, parle en citoyen libre :

Sois franc, sois simple; et, sans affecter rien,

Essaye un peu d'être un homme de bien."

 

NDLR- Rédigé le 6 mai pour parution le 27 avril 2022 .

 

 

« A Frédéric II, landgrave de Hesse-Cassel

À Ferney, le 13 janvier 1767 1

Monseigneur,

Comme je sais que vous aimez passionnément les hypocrites, je prends la liberté de vous envoyer pour vos étrennes un petit éloge de l’hypocrisie 2, adressé à un digne prédicant de Genève. Si cela peut amuser Votre Altesse sérénissime, l’auteur, quel qu’il soit, sera trop heureux.

Votre Altesse sérénissime est informée, sans doute, de la guerre que les troupes invincibles de Sa Majesté très chrétienne font à l’auguste république de Genève. Le quartier général est à ma porte. Il y a déjà eu beaucoup de beurre et de fromage d’enlevé, beaucoup d’œufs cassés, beaucoup de vin bu, et point de sang répandu. La communication étant interdite entre les deux empires, je me trouve bloqué dans ce petit château que Votre Altesse sérénissime a honoré de sa présence. Cette guerre ressemble assez à la Secchia rapita 3; et si j’étais plus jeune, je la chanterais assurément en vers burlesques 4. Les prédicants, les catins, et surtout le vénérable Covelle, y joueraient un beau rôle. Il est vrai que les Genevois ne se connaissent pas en vers ; mais cela pourrait réjouir les princes aimables qui s’y connaissent. La seule chose que j’ambitionne à présent, monseigneur, ce serait de venir au printemps vous renouveler mes sincères hommages.

J’ai l’honneur d’être, etc.

Voltaire.»

1 L'orignal signé est passé en vente chez Charavay à Paris le 18 mars 1899 .

2 Cette pièce en vers a été publiée pour la première fois dans les Honnêtetés littéraires sous le titre « Maître Guignard, ou De l’hypocrisie, diatribe par M. Robert Covelle », parmi les Satires : https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Voltaire_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Garnier_tome10.djvu/147

4 Par ce passage on voit que V* a commencé à écrire La Guerre civile de Genève : https://books.google.fr/books?id=Gy8HAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

 

Écrire un commentaire