Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2022

Ayez la bonté de faire savoir à quoi vous vous sentez le plus propre

... D'un président à un ministre potentiel .

NDLR - Rédigé le 6 mai pour parution le 26 avril 2022 .

 

 

« A Jacques-Marie-Bertrand Gaillard d'Etallonde 1

13 de janvier 1767

Un homme qui a été sensiblement touché de vos malheurs 2, monsieur, et qui est encore saisi d’horreur du désastre d’un de vos amis 3, désirerait infiniment de vous rendre service. Ayez la bonté de faire savoir à quoi vous vous sentez le plus propre ; si vous parlez allemand, si vous avez une belle écriture, si vous souhaiteriez d’être placé chez quelque prince d’Allemagne, ou chez quelque seigneur, en qualité de lecteur, de secrétaire, de bibliothécaire ; si vous êtes engagé au service de Sa Majesté le roi de Prusse, si vous souhaitez qu’on lui demande votre congé, si on peut vous recommander à lui comme homme de lettres ; en ce cas on serait obligé de l’instruire de votre nom, de votre âge, et de votre malheur. Il en serait touché ; il déteste les barbares ; il a trouvé votre condamnation abominable.

Ne vous informez point qui vous écrit, mais écrivez un long détail à Genève, à M. Misopriest 4, chez M. Souchay, marchand de draps, au Lion d’or. Ayez la bonté de dire à M. Haas, chez qui vous logez, qu’on lui remboursera tous les ports de lettres qu’on vous enverra sous enveloppe.

Voulez-vous bien aussi, monsieur, nous faire savoir ce que monsieur votre père vous donne par an, et si vous avez une paye à Vesel ? On ne peut vous rien dire de plus pour le présent, et on attend votre réponse. »

1 Gaillard d’Étallonde, condamné par contumace dans l’horrible affaire du chevalier de La Barre, était fils du président de l’élection d’Abbeville. Échappé aux bourreaux, il prit du service sous le nom de Morival. Voltaire le recommanda au roi de Prusse, qui, plusieurs années après, permit à d’Étallonde de venir en France pour faire casser sa condamnation. Ce fut alors (1775) que Voltaire écrivit le Cri du sang innocent (voyez tome XXÏX, page 375). On offrit à d’Étallonde des lettre de grâce ; il les refusa, et sortit de France. Il alla voyager en Russie. Ayant obtenu, en 1788, des lettres d’abolition, il revint en France, se fixa à Amiens, où il est mort pendant les premières années de la Révolution. (Beuchot.)

2 Hennin a fait part de ces sentiments à V* dans une lettre du 21 juin 1766 : https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1766/Lettre_6369

3 Le chevalier de La Barre .

4 Pseudonyme déjà employé depuis le début de 1766 ; ce mot signifie ennemi des prêtres.

Écrire un commentaire