Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2016

Il me paraît que dans l’Europe on approuve assez mon entreprise. Il faut bien que nous ayons quelque gloire

... Bien évidemment, je ne parle pas ici de ma petite personne qui en toute modestie ne s'adresse pas seulement à l'Europe mais à l'univers entier bien sûr !

Et juste pour le plaisir, ajoutez à celui de la lecture, celui des oreilles  : http://www.clubdeutschegrammophon.com/video/eclipse-live-...

 Afficher l'image d'origine

Fanfoué , ça me rappelle quelque chose !

 

 

« A Charles Pinot Duclos

Au château de Ferney, par Genève,

13 auguste [1761] 1

Je vous supplie, monsieur, vous et l’Académie, de prendre bien à cœur Pierre Corneille et Marie Corneille. Il sera peut-être bien ennuyeux de lire mes notes sur les Horaces ; mais, avec un Corneille à la main, le plaisir de lire le texte l’emportera sur le dégoût des notes. Ne faites aucune attention à l’orthographe ; songez que nous sommes Suisses. On écrit comme on peut, et on corrigera le tout à l’impression. Trois ou quatre séances pourront amuser l’Académie, et m’éclaireront beaucoup. Si vous avez le courage d’examiner mon travail, je vous enverrai tous mes commentaires les uns après les autres.

Il me paraît que dans l’Europe on approuve assez mon entreprise. Il faut bien que nous ayons quelque gloire. Pierre nous en donnera, si l’Académie veut bien donner sa sanction aux remarques. Elles sont faites pour les étrangers, et peut-être pour beaucoup de Français.

Je vous demande en grâce de me renvoyer la préface sur le Cid et les notes sur Horace, avec un petit mot au bas qui marque le sentiment de l’Académie. Dès que vous aurez eu la bonté, monsieur, de me renvoyer ces cahiers, je vous dépêcherai le Cid.

A l’égard des souscriptions, elles iront comme elles pourront. Je travaillerai à bon compte, et, s’il le faut, je ferai imprimer à mes dépens. Je crois travailler pour l’honneur de la littérature française ; j’attends de l’Académie des lumières et de la protection.

Adieu, monsieur ; je compte sur votre zèle et sur votre bonté plus que sur tout le reste.

V. »

 

1 D'après une copie ancienne incomplète qui a été suivie par l'édition Desoer ; on a ici une copie du XIXè siècle .

 

Écrire un commentaire