Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2016

Les vraies passions donnent des forces en donnant du courage

... Que dire de mieux ?

 Afficher l'image d'origine

 

« A Ivan Ivanovitch Schouvalov

A Ferney 24 octobre 17611

Monsieur, ne nous impatientons ni l'un ni l'autre, nous avons tous deux la même passion, nous viendrons à bout de la satisfaire . Jusqu'à ce que Votre Excellence ait rejeté mon idée, je persisterai dans le dessein de faire un volume in-4° de Pierre le Grand , et voici comme je compte procéder . J'aurai l'honneur de vous envoyer ce qui a déjà été imprimé, corrigé à la main suivant vos instructions, avec toute la suite écrite à demi-page , et ensuite, me conformant à vos observations pour cette seconde partie, comme pour la première, je vous dépêcherai sans perte de temps le même volume entièrement corrigé suivant vos ordres . Trouvez-vous cet arrangement de votre goût ? Soyez sûr que vous serez obéi très ponctuellement . Le commentaire sur Corneille est un ouvrage immense ; et je suis bien faible et bien vieux . Mais je trouverai des forces quand il s'agira de Pierre le Grand et de vous . Les vraies passions donnent des forces en donnant du courage .

Votre Excellence a dû recevoir mes tendres et respectueux remerciements pour Mlle Corneille . Elle joue la tragédie comme son grand-père en faisait . Les filles des grands hommes en sont dignes . J'ai un très joli théâtre dans le petit château que j'ai fait bâtir, mais j'ai peur que Votre Excellence ne m'enlève un de mes acteurs . Il y a un nommé Grenier 2, excellent sujet, jeune, sage, jouant des rôles de princes, d'amants, de héros et autres, en perfection ; en avez-vous besoin ? Je vous le cède, il brûle d'envie d'être dans la troupe de Sa Majesté Impériale . Non seulement j'ose répondre qu'il en serait l'ornement, mais qu'il la rendrait excellente encore par son exemple . Vous ne sauriez faire une meilleure acquisition . Si c'est votre bon plaisir monsieur vous pouvez me donner vos ordres et je le ferai partir . Je lui ferai compter pour son voyage ce que vous commanderez .

Si vous avez pris Colberg 3 comme on le dit permettez que je vous fasse mon compliment .

Recevez les tendres respects de votre humble et obéissant serviteur .

Voltaire . »

1 L'essentiel du paragraphe 2 (« J'ai un très joli théâtre ….commanderez ») et la fin («  très humble … Voltaire ») manquent dans toutes les éditions .

2 Grenier est nommé dans une lettre de Marie-Louise Denis à Jean-Robert Tronchin du 4 mars 1761, à côté de Mlle Soulet ; on l'attendait alors à Ferney avec Lekain ; voir aussi lettre du 20 octobre 1761 à d'Alembert : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/10/07/mettons-le-hors-d-etat-de-nuire-en-faisant-voir-combien-il-v-5856235.html

et la lettre du 10 octobre 1761 aux frères Cramer : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/09/30/je-ne-veux-pas-que-vous-jouiez-aux-cartes-le-jour-de-ma-mort-5854769.html

3 Kolberg, sur la Baltique, tomba en effet aux mains des Russes, mais seulement le 16 décembre 1761 .Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_Kolberg

 

Écrire un commentaire