Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2017

amoureux à l'excès d'une fille dont il est l'unique bienfaiteur, meurtrier de la mère, empoisonneur du père, adoré de la fille, exécrable à Statira, odieux à Olympie qui l'aime, pénétré de remords et de désespoir

... Que souhaiter à ce malheureux gaillard ?

-- Un bon avocat ? s'il en est !

-- Une corde pour se pendre ? le désespoir est désespérant !

-- La lecture de tous les programmes/discours de nos politicards ? trop cruel !

 Afficher l'image d'origine

 

 

« A Bernard-Louis Chauvelin

Aux Délices 19 janvier 1762

Il faut absolument que Votre Excellence soit du métier, vous ne pouvez en parler si bien sans en avoir tâté un peu . Pourceaugnac, à qui d'ailleurs vous ne ressemblez point, a beau dire qu'il a pris dans les romans qu'il doit être reçu à ses faits justificatifs 1; on voit bien qu'il a étudié le droit . Ce n'est ni en Corse ni à Turin 2 qu'on apprend toutes les finesses de l'art du théâtre . Vous avez mis la main à la pâte : avouez . Tout l'esprit que vous avez ne suffit pas pour entrer dans la profondeur de nos mystères .

Vos réflexions sont une excellente poétique . Soyez persuadé qu'il n'y a point ambassadeur ni de lieutenant général qui en puisse faire autant . Je suis fort aise à présent de ne vous avoir pas envoyé la bonne copie puisque le brouillon m'a valu une si bonne leçon .

Vous avez très grande raison monsieur de vouloir que Cassandre puisse n'avoir rien à se reprocher auprès d'Olympie . En toute tragédie comme en toute affaire il y a un point principal, un centre où toutes les lignes doivent aboutir . Ce centre est ici l'amour de Cassandre et d'Olympie . J'avais été assez heureux pour remplir votre objet ; ce n’est point Cassandre qui a enlevé Olympie à Babylone, c'est Antipatre son père . Antipatre vient de mourir, et le premier devoir dont s'acquitte Cassandre est de restituer à la fille d'Alexandre le royaume de son père dont il se trouve en possession . Il est à la fois innocent devant Dieu, et coupable devant Statira et devant Olympie . Il est vrai qu'il a présenté la coupe empoisonnée à Alexandre, mais il n'était pas dans le secret de la conspiration . Il est vrai qu'il a répandu le sang de Statira mais c'est dans la fureur d'un combat, c'est en défendant son père . Il se trouve enfin dans la situation la plus tragique, amoureux à l'excès d'une fille dont il est l'unique bienfaiteur, meurtrier de la mère, empoisonneur du père, adoré de la fille, exécrable à Statira, odieux à Olympie qui l'aime, pénétré de remords et de désespoir . Il n'y a personne qui ne souhaite ardemment qu'Olympie lui pardonne ; et Olympie n'ose lui pardonner . Voilà le fond, voilà le sujet de la pièce . Elle est bien autrement traitée que dans la malheureuse minute qu'on vous a envoyée par méprise ; je suis tout glorieux d'avoir prévenu presque toutes vos objections .

Il s'en faut bien par exemple que mon grand-prêtre puisse être soupçonné de prendre aucun parti, car lorsque Cassandre lui dit , Du parti d'Antigone êtes-vous contre moi ?, il répond

Me préservent les cieux de passer les limites

Que mon culte paisible à mon zèle a prescrites .

Les intrigues des cours, les cris des factions,

Des humains que je fuis les tristes passions,

Seigneur, ne troublent point nos retraites obscures .

Au dieu que nous servons nous devons des mains pures :

Les débats des grands rois prompts à se diviser,

Ne sont connus de nous que pour les apaiser ;

Et nous ignorerions leurs grandeurs passagères,

Sans le fatal besoin qu'ils ont de nos prières .3

Enfin il n'y a de compte fait que quatre cents vers dans la pièce qui la changent entièrement, et que vous ne connaissez pas . Encore une fois, j'en bénis Dieu puisque le quiproquo m'a valu vos bontés et vos lumières . Vous m'enchantez et vous m'éclairez . Venez donc voir jouer la pièce, madame l'ambassadrice embellissez donc Olympie . Je vais tâcher de rendre son rôle plus touchant pour le rendre moins indigne de vous 4. Je suis un bon diable d’hiérophante pénétré, reconnaissant, attaché pour ma pauvre vie à Vos Excellences etc. »

1 Monsieur de Pourceaugnac, II, 12 . ; de Molière .

2 Chauvelin a été ministre plénipotentiaire à Gênes (dont dépendait alors Corse) de décembre 1748 à mai 1753 .

3 Olympie, III, 2 .

4 Une lettre de Du Pan à Freudenreich du 19 janvier 1762 précise les projets de V* : « Voltaire ne sait pas encore comment et par qui il a eu sa pension, aucun de ses amis de Paris ne lui en a écrit, il a reçu sa patente du bureau de M. de Saint-Florentin et rien de plus . Il a encore retouché sa nouvelle tragédie qu'il regarde comme une de ses plus belles pièces, il veut la faire jouer à Ferney avant que de la donner au théâtre de Paris . »

 

Écrire un commentaire