Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2017

ceux à qui on avait promis quelques rétributions pour leurs peines auront aussi la mine fort allongée

... Je paierais cher (locution proverbiale, vue de l'esprit , rien de concret ne me concernant ici , je me contenterai, au plus, de payer ma redevance audio-visuelle ) pour voir la tête des candidats recalés au soir du premier tour de la primaire de gauche .

gauche 1ere.png

Avant

gauche 1eresoir.png

Après !

camenbert !

à chacun son pourcentage (de voix , pas de monnaie, quoi que ...)

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

et à

Nicolas-Claude Thieriot

Aux Délices 18 janvier 1762 1

Vraiment, mes chers frères, j'apprends de belles nouvelles ! Frère Thieriot reste indolemment au coin de son feu et on va jouer Le Droit du seigneur tout mutilé, tout altéré, et ce qui était plaisant ne le sera plus , et la pièce sera froide, et elle sera sifflée, et frère Thieriot en sera pour sa mine de fève, et ceux à qui on avait promis quelques rétributions pour leurs peines auront aussi la mine fort allongée .

Un autre inconvénient qui n'est pas moins à craindre, c'est qu'on ne prenne votre frère pour le sieur Picardin, de l'académie de Dijon . Alors il n'y aurait plus d'espérance, tout serait perdu sans ressource . Je demande eux choses très importantes . La première, c'est qu'on m'envoie la pièce telle qu'on la jouera . La seconde, qu'on jure à tort et à travers que je n'ai nulle part à cet ouvrage . Mon nom est trop dangereux, il réveille les cabales . Il n'y en a point encore de formée contre M. Picardin, et M. Picardin doit répondre de tout .

Mes chers frères, interim estote fortes in Lucrecio et in philosophia 2. »

1 Copie ancienne qui a été suivie , voir lettre du 9 janvier 1762 aux mêmes : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/01/05/2-5894703.html

2 Entre temps soyez forts dans Lucrèce et dans la philosophie, phrase adaptée du fameux fortes in fide (lettre de Saint Pierre, I, v, 9) .

 

Écrire un commentaire