Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

Il n’y a point de nation qui ne s’empressât à vous témoigner l’estime qu’on a pour votre personne

... M. Macron, hormis toutes celles qui ont la haine de la démocratie, des droits de l'Homme ; avec mention spéciale pour Israël qui vient d'entrer de façon remarquable dans cette catégorie détestable en muselant la presse télévisée, alors à quand les autodafés de triste mémoire ? Quand je pense qu'ils sont assez bornés pour censurer la représentation de la Schtroumpfette au nom de leurs croyances religieuses dans le même temps qu'ils achètent et vendent des armes, j'ai une furieuse envie de sortir la machine à baffes . Belle ambiance pour accueillir l'Eurovision .

 

Oh ! cachez ce sein que je ne saurai voir !

schtroupfette.png

Oh ! oui ! Schtroupf à lunettes que tu es le plus mieux beau !

 

 

 

« A Ivan Ivanovitch Schouvalov

25 juin 1762, aux Délices 1

Monsieur,

M. le prince de Galitzin a eu la bonté de me faire tenir le paquet contenant les chapitres du second tome de Pierre-le-Grand, accompagné de vos judicieuses remarques. Soyez bien persuadé que je me conformerai en tout à vos idées, et que j’aurai la plus grande attention à ne vous jamais compromettre. L’ouvrage ne pourra paraître que dans l’année 1763, parce que les arrangements pris avec le public pour l’édition de Pierre Corneille ne souffrent aucun délai.

J’eus l’honneur de répondre,2 il y a près d’un mois, par duplicata, aux ordres que vous me donnâtes touchant M. de Soltikof. Je vous mandai qu’on avait reçu de ses lettres datées de Hambourg, au mois de mars. Il notifiait par cette lettre qu’il retournait en Russie, et je me flattais, comme je me flatte encore, que ce jeune homme est auprès de vous, aussi digne de vos bontés, que je l’en ai vu pénétré. Pour moi, je n’ai point de ses nouvelles ; et j’en ai été d’autant plus affligé, que nous le regardions dans notre maison comme notre fils.

Ce que vous me dites, monsieur, dans votre lettre du 1er mai, me fait concevoir l’espérance de vous voir. Il est naturel de faire voyager monsieur votre neveu 3, à qui vous tenez lieu de père , vous voyageriez avec lui. Il n’y a point de nation qui ne s’empressât à vous témoigner l’estime qu’on a pour votre personne. Le mécène de la Russie sera partout reçu comme l’eût été le Mécène de Rome.

N.B.-- J'ajoute que j'ai toujours la lettre cachetée en billet que vous m'avez envoyée pour M. de Soltikoff et que j'aurai l'honneur de vous envoyer à votre première réquisition .

J'ai eu l'honneur de vous écrire par un négociant suisse qui doit actuellement vous avoir remis ma lettre . 4

Je serai toute ma vie avec le plus tendre respect,

monsieur,

de Votre Excellence

le très humble et très obéissant serviteur .

Voltaire 5

1 L'édition Lettres inédites , 1818, donne une version incomplète .

3 Andreï Schouvalov qui adressera plus tard une lettre à V* .

4 Depuis N .B. passage manquant dans les éditions .

5 La fin depuis monsieur est remplacée par etc. dans les éditions .

 

Écrire un commentaire