Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2017

Plût à Dieu que je puisse voir l’architecte dont je ne suis que le maçon !

... Mon architecte est Voltaire, mais comme il  dit si bien "s'il plait à Dieu", j'aimerais bien vivre jusqu'à poser la dernière pierre du monument de sa correspondance , et alors "ite missa est" .

 Résultat de recherche d'images pour "maçon de dieu humour"

 

 

 

« A Ivan Ivanovitch Schouvalov

4 juin 1762, aux Délices 1

Monsieur, j’ai reçu par M. le prince de Gallitzin la lettre du 19/30 Avril, dont vous m’honorez. J’avais déjà eu l’honneur de vous mander plusieurs fois que M. de Soltikof était parti pour l’Angleterre, qu’il avait écrit à Votre Excellence, et que je n’avais aucune de ses nouvelles.

Je viens d’apprendre dans le moment que la sœur de l’hôte chez qui il demeurait à Genève a reçu des lettres de lui, datées de Hambourg, il y a environ deux mois. Il lui mandait qu’il allait s’embarquer pour la Russie. Il faut qu’il n’ait demeuré que très peu de temps en Angleterre, et qu’il se soit hâté de revenir auprès de vous. Je suppose qu’à présent il est à Pétersbourg. Vous le trouverez instruit dans presque toutes les langues de l’Europe, et je suis persuadé encore que votre excellence n’aura pas perdu le fruit de ses bienfaits.

Il n’en est pas de même de M. de Puskin : on prétend qu’il est en prison à Paris pour ses dettes. Je ne regrette point les deux mille ducats qu’il m’apportait ; mais je regrette infiniment les médailles 2 qui faisaient une suite complète, et qui servaient à l’histoire de Pierre-le-Grand. Je garde la lettre pour M. de Soltikoff, afin de la lui envoyer , en cas qu'il ne soit pas en Russie, et que je puisse découvrir sa demeure . Mais je me flatte qu'il fait à présent sa cour à Votre Excellence, qu'il profite de vos bontés et de vos conseils ; et j'aurai l'honneur de vous renvoyer la lettre, au premier ordre que je recevrai de vous .

Vus avez dû recevoir plusieurs lettres de moi, monsieur, par M. de Czernichef, plénipotentiaire à Vienne, mais comme vous ne m'en avez jamais accusé la réception , je vous écris par duplicata . Une copie passera par Vienne, et l'autre par la poste ordinaire . Votre Excellence peut m'adresser les paquets qu'il me destine, par un banquier de Pétersbourg, correspondant du banquier Duval, citoyen de Genève . Je crois même que ce correspondant demeurant à Pétersbourg, s'appelle aussi Duval 3, et c'est le propre frère du Genevois .

Je vous réitère, monsieur, les assurances de l’envie extrême que j’ai de finir l’Histoire de Pierre-le-Grand à votre satisfaction. Tout malade que je suis, tout surchargé du fardeau des commentaires sur Pierre Corneille, je me livrerai à Pierre-le-Grand. Plût à Dieu que je puisse voir l’architecte dont je ne suis que le maçon !

Je serai toute ma vie, avec les sentiments les plus respectueux et les plus tendres,

monsieur

de Votre Excellence

le très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. »

1 On connait une copie contemporaine signée avec en-tête « p[ou]r duplicata » qui est donc bien le duplicata mentionné dans la lettre . Le passage Je garde la lettre […] frère du Genevois manque dans toutes les éditions .

3 Louis-David Duval [1727-1788] était établi à Saint Saint-Pétersbourg depuis 1754 . son correspondant à Genève était l'un de ses frères, Gédéon [1716-1787] ou David [1711-1791]. Voir : http://gw.geneanet.org/rossellat?lang=fr&iz=22759&p=louis+david&n=duval&oc=2

et : http://gw.geneanet.org/rossellat?lang=fr&iz=22759&p=gedeon&n=duval&oc=1

et : http://gw.geneanet.org/rossellat?lang=fr&iz=22759&p=david&n=duval&oc=8

 

Écrire un commentaire