Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2017

Le grand point est de préparer les esprits, d'avoir des protecteurs et de toucher tous les cœurs

... Programme lucide, voltairien, et qui sait, macronien ?

A mille lieues de Marine Le Pen et Mélenchon , Les Républicains et les opposants par métier qui manient l'invective pour seul argument .

 Résultat de recherche d'images pour "préparer les esprits"

Et dire que la foule , et surtout les jeunes se plaisent à suivre ces nullités ! est-ce vraiment ainsi qu'on prépare les esprits ? Lamentable !

 

 

« A Philippe Debrus

14 juillet 1762 1

Lecture faite des lettres de M. Crommelin du 8è juillet, et celle de Mme Calas du 9è juillet à M. Cathala et des autres pièces, mon avis est qu'on cherche tous les moyens qui peuvent s'entraider sans pouvoir s'entrenuire . Je pense comme M. Crommelin qu'on peut tenter de présenter une requête au roi par le moyen de Mme de Pompadour . Cette tentative peut faire un bon effet et n'en peut faire un mauvais . Si elle ne réussit pas, on sera toujours bien reçu à poursuivre l'affaire en forme . Le grand point est de préparer les esprits, d'avoir des protecteurs et de toucher tous les cœurs en faveur de cette famille infortunée . La publication des lettres de la mère et du fils a produit déjà un prodigieux effet ; j'espère qu'on en fera une édition à Paris . Le libraire Duchesne s'en est chargé ; il faut envoyer chez lui une personne intelligente qui lui dise que le public désire ces pièces . M. Damilaville, premier commis des vingtièmes, quai Saint-Bernard, se charge de son côté de presser cette édition . Ces pièces ont entièrement convaincu M. de Nicolaï , premier président du grand conseil . Il l'a mandé à M. le docteur Tronchin et à moi . M. d'Auriac, premier président du grand conseil, gendre de monsieur le chancelier, agit de même . Mme Calas peut les aller remercier l'un et l'autre . Elle peut aller aussi chez M. de Saint-Florentin quand il donne ses audiences à Paris . Ce ministre est très bien disposé en sa faveur . Je souhaite qu'elle puisse lui être présentée par M. Chaban, intendant des postes . M. Chaban demeure avec M. Tronchin, rue Saint-Augustin . Il est surtout important qu’elle puisse se présenter à M. Ménard, premier commis de M. de Saint-Florentin, homme de beaucoup de mérite, qui a un très grand crédit et qui le protègera .

Elle peut aller aussi chez M. Héron, premier commis du conseil, rue Taranne ; à qui j'ai envoyé les lettres imprimées .

J'attends une réponse de M. le duc de La Vallière pour savoir s'il peut présenter notre malheureuse veuve à Mme la marquise de Pompadour . Je vais écrire avant de me coucher à M. le duc de Choiseul pour la seconde fois . Pour épargner à Mme Calas beaucoup de démarches et d'embarras, je me charge de faire une nouvelle requête où toutes les erreurs minutieuses de la première seront corrigées . M. le duc de La Vallière portera cette requête à Mme de Pompadour, pour la présenter au roi . Cette requête peut toucher Sa Majesté et je ne serais point du tout étonné que le roi se charge lui-même d'approfondir l'affaire . Cette démarche n'empêchera point que M. Mariette n'agisse individuellement et que l'on ne tâche d'obtenir de Toulouse les pièces nécessaires . Mais quel huissier osera apporter une sommation au greffier du parlement si ce parlement a défendu comme on le dit la communication des pièces du procès ?

Quoi qu'il arrive je servirai cette dame de tout mon pouvoir . Je la supplierai de vouloir bien accepter une somme de 100 écus pour continuer l'affaire dès qu'elle sera en train .

V.

N.B. – Elle ne ferait point mal d'aller voir M. Audibert , chez MM. Tourton et Baur, fameux banquiers, vers la place Vendôme . »

1 L'édition Lettres inédites dit avoir suivi l'original mais il semble certain qu'elle est faite d’après la copie ; les nombreux soulignements (en italique) de l'une et de l'autre ont été négligés ici de même qu'une mention tardive , « Mémoire de M. de Voltaire du 14 juillet 1762 » . le destinataire est sûrement Debrus ; voir lettre du 31 juillet 1762 à Cathala ( donnée aussi comme à Debrus ) .

 

Écrire un commentaire