Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2017

La voix des gens d’esprit dirige quelquefois celle des juges.

... Quelquefois ! tout dépend du talent du procureur ou/et de l'avocat .

 

 

« A Charles Pinot-Duclos

A Ferney , 7 octobre 1762 1

Je présume, monsieur, que vous êtes encore à Vic-sur-Aisne 2. Je me doute qu’on ne peut pas quitter aisément le maître du château. J’attendrai que je sois sûr de votre retour à Paris pour amuser l’Académie d’un Héraclius traduit de l’espagnol, qui est à peu près à l’Héraclius de Corneille ce que le César de Shakespeare est à Cinna.

Je vous prie, en attendant, de vouloir bien faire passer ma réponse et nos remerciements à M. le secrétaire du bureau d’agriculture de Bretagne 3, supposé que ce soit là son titre. Je n’ai ici ni son livre ni sa lettre, qui sont aux Délices sous un tas de paperasses qu’on a transportées à la hâte pour faire place à ceux à qui j’ai prêté cette maison. Ayez la bonté, je vous prie, de faire mettre le dessus.

Le Corneille avance : Héraclius et Rodogune sont imprimés. Le reste demandera moins de peine. Je compte toujours sur les bontés de l’Académie et sur les vôtres.

Vous avez dû recevoir des mémoires pour les Calas. Je demande votre suffrage pour cette famille si infortunée et si innocente. La voix des gens d’esprit dirige quelquefois celle des juges. »

1 D'après copie ancienne sur laquelle on a joint à la fin de cette lettre celle du 1er février 1763 à Pinot Duclos (voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-... )

2 Comme hôte de Bernis par l'intermédiaire duquel la lettre est envoyée ; voir lettre du même jour : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/09/02/vous-avez-pu-croire-que-toutes-ces-brochures-etaient-des-pie-5976022.html

Écrire un commentaire