Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2017

il faut attendre patiemment le jugement du conseil

... pour les Catalans indépendantistes . Auront-ils la satisfaction d'obtenir ce qu'ils demandent ? Ce serait la plus grosse boeufferie imaginable (ce qui ne m'étonnerait pas au pays des toros tués en abattoirs/arènes ) . L'Espagne est-elle vraiment un si grand pays qu'elle puisse se diviser à l'envi ? Combien de cheffaillons en mal de gloriole sont derrière cette hérésie ?

 

catalogne indépendante.png

 

 

« A Philippe Debrus

Pierre et Donat devraient avoir écrit à Élie il y a longtemps . Si leur lettre n'est pas encore partie, il faut la mettre sous l'enveloppe de M. Damilaville, directeur des vingtièmes, quai Saint-Bernard .

Il y a trois mois que je dis qu'on ne rendra à Mme Calas ses filles, qu’après la révision du procès 1: je crains même que des sollicitations trop réitérées n'indisposent M. le comte de Saint-Florentin . Je souhaite de me tromper .

On ne fait que des démarches inutiles ; il faut attendre patiemment le jugement du conseil, je réponds qu'il sera favorable . Ne soyons point fâchés que ce jugement soit différé, nous en aurons plus de temps d'instruire les juges, et de les solliciter ; ne parlons point surtout de l'affaire de Sirven 2; tenons nous-en à la nôtre . Si nos avocats peuvent avoir une lettre de Louis telle que je l'ai désirée, rien ne servira mieux notre cause .

Mille compliments à monsieur Debrus et à tous ses amis .

1er décembre [1762]3. »

1 Le 7 décembre 1762 la duchesse d'Anville [ Marie-Louise-Nicole de La Rochefoucauld ] annonce à V* qu'elle a obtenu de Maurepas leur sortie du couvent qui sera effective le 8 décembre . Voir : https://archive.org/stream/jeancalasetsaf1858coqu/jeancalasetsaf1858coqu_djvu.txt

3 L'édition Lettres inédites supprime la date et place cette lettre entre le 17 octobre et le 25 décembre 1762 .

Écrire un commentaire