Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2017

Pardonnez à un ami qui écrit si rarement. La philosophie et l’amitié en murmurent, mais elles n’en sont point altérées

... Je le crois chère amie Mam'zelle Wagnière .

 

rosesDSCF423614102017.JPG

Nous sommes tous deux du même plant .

 

 

« A François-Achard Joumard Tison, marquis d'Argence

à son château de Dirac

près d’Angoulême

A Ferney 2 décembre 1762 1

Pardonnez à un ami qui écrit si rarement. La philosophie et l’amitié en murmurent, mais elles n’en sont point altérées, et la mauvaise santé et l’âge ne sont que des excuses trop valables. Aimez toujours, monsieur, un solitaire que votre sagesse et les folies des hommes vous attachent pour jamais. Une espèce de colporteur suisse m’a dit qu’il vous avait envoyé, il y a un mois, une brochure. Je soupçonne, par le titre, que vous n’en serez pas trop content. C’est, dit-il, l’ouvrage d’un curé ; et ce n’est pas un prône 2. Vous lisez tout, bon ou mauvais, et vous pensez que, dans les plus méchants livres il y a toujours quelque chose dont on peut faire son profit.

La paix va nous rendre les plaisirs, et ne fera pas de tort à la philosophie . Il vaut mieux cultiver sa raison que se battre. Je viens de détruire des maisons comme on faisait en Westphalie  mais je les ai changées en jardins et à la guerre on ne les change qu’en déserts. Je vous souhaite, dans votre agréable retraite des journées remplies et heureuses, des amis, qui pensent, l’exclusion des sots et une bonne santé. Je m’imagine que cela est votre lot . Il ne manque au mien que d’être avec vous. »

 

1 L'édition de Kehl date de 1761, ce qui sera corrigé par Beuchot . Date endossée par d'Argence sur le manuscrit .

2 Les sentiments du curé Meslier .

Écrire un commentaire