Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2018

Je vous supplie de vouloir bien me dire ce qu'il faut que je fasse dans cette conjoncture délicate

... déclarerait Jade Halliday : https://www.closermag.fr/people/jade-hallyday-avec-david-...

Je ne lui ferait rien dire de plus, la vie des fortunés membres du clan Halliday ne m'intéressant pas plus que la couleur de mes premières chaussettes .

 Image associée

https://www.rtl.fr/culture/medias-people/laeticia-hallyda...

 

 

« A Antoine-Jean-Gabriel Le Bault

Au château de Ferney,

1er novembre 1763

Monsieur,

Il y a environ six semaines que j'eus l'honneur de vous écrire 1 par le plus jeune de vos confrères, que j'appelais l'Adonis du parlement . Je vous demandais un tonneau de votre meilleur vin ; mais permettez qu'aujourd'hui j'aie l'honneur de vous parler d'une affaire plus essentielle ; ayez la bonté de préparer votre patience .

Lorsque Henri IV, de divine mémoire, acquit le pays de Gex, il s'engagea par le traité à maintenir tous les droits des seigneurs, toutes les aliénations de dîmes, et d'autres possessions faites en leur faveur . Il ratifia les anciens traités qui stipulaient ces droits . Louis XIV les confirma solennellement par le traité d'Arau en 1658, et Louis XV les a toujours maintenus quand on les a réclamés en son Conseil .

Je me suis trouvé dans ce cas en achetant la terre de Ferney . MM. de Budé qui me l'ont vendue, soutenaient au Conseil du roi leurs droits, et particulièrement celui des dîmes, que le curé revendiquait .

Le roi a fait écrire en dernier lieu par M. le duc de Praslin à monsieur le premier président 2, que son intention était que les traités subsistassent dans toute leur force ; que les seigneurs du pays de Gex ne fussent inquiétés dans aucun de leurs droits, attendu que ces droits intéressent la Savoie, Berne et Genève .

M. le duc de Praslin prie au nom du roi monsieur le premier président d'empêcher qu'il soit fait aucune procédure au sujet des dîmes contre les seigneurs qui en sont en possession . M. le duc de Praslin m'ayant fait part de cette résolution du roi et de la lettre qu'il écrivait à monsieur le premier président, j’eus l'honneur d'écrire à ce magistrat, pour lui demander sa protection . J'en use de même avec vous, monsieur . Je sens bien que le parlement pourrait faire des difficultés sur la lettre de M. le duc de Praslin, qu'on peut regarder comme n'étant pas dans les règles ordinaires, et qu'alors il faudrait obtenir un arrêt du Conseil en forme 3. Mais monsieur, cette affaire étant de pure conciliation, ne puis-je pas me flatter qu'en voulant bien vous joindre à monsieur le premier président, on imposera le silence à mon curé, et l'on nous épargnera les longueurs et les frais d'un procès au Conseil du roi ? Vous rendriez en cela la plus exacte justice . Ce prêtre jouit de plus de douze cents livres de rente, et demande encore une dîme à laquelle ses prédécesseurs ont renoncé, et pour laquelle ils ont transigé : il veut plaider au parlement, parce qu'il dit que le parlement ne connait point les traités, et ne juge que sur le droit commun . S'il avait la dîme, la terre de Ferney lui vaudrait plus qu'au seigneur . Il joint à ses procédures le procédé d'un ingrat . Nous l'avons accablé de bienfaits, et il s'arme aujourd'hui de nos bienfaits contre nous-mêmes.

Voilà, monsieur, sur quoi je réclame vos bontés ; j'ajouterai que cette affaire regarde M. Le président De Brosses autant que moi ; car si je perdais ma dîme il perdrait celle de la terre de Tournay, qu'il m'a vendue à vie . Je vous supplie de vouloir bien me dire ce qu'il faut que je fasse dans cette conjoncture délicate ; permettez-moi de m'en rapporter à vos lumières et à votre bienveillance .

J'ai l'honneur d'être avec respect, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur .

Voltaire. »

3 V* a peut-être déjà reçu la lettre suivante, que Jean-Philippe Fyot de La Marche lui a écrite le 30 octobre 1763 : «  Il n'est que trop commun, monsieur, qu'avec de mauvais précédés on ait quelquefois un bon procès . Peut-être serait-il à craindre que votre curé de Ferney ne fût dans ce cas ; le droit commun lui est favorable, vous en convenez, et les traités que vous opposez à ses prétentions n'ont jamais été enregistrés au parlement de Dijon, vous en convenez encore . Je ne vois à cela que deux remèdes ; l'un, que je ne puis honnêtement vous conseiller, c'est d'obtenir une seconde fois l'évocation de l'affaire au conseil, l'autre est de faire enregistrer au parlement les traités dont il s'agit . M. le duc de Praslin m'a fait l’honneur de m'écrire à cette occasion ; mais vous connaissez les maximes des compagnies, la lettre d'un ministre , toute respectable qu'elle est, ne remplace pas les formalités indispensables . Recevez je vous prie , les nouvelles assurances de l'inviolable attachement, etc. / La Marche .

Écrire un commentaire