Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2018

Ma jouissance est de savoir qu'on jouit

... but I can't get no satisfaction , and I try

https://www.youtube.com/watch?v=nrIPxlFzDi0

 

 

« Marie-Louise Denis et Voltaire

à Charles-Joseph, prince de Ligne

A Ferney 26 novembre [1763] 1

Vous ne vous contentez pas monsieur d'être aimable et d'avoir honoré de votre présence deux personnes dont vous avez gagné les cœurs, vous daignez encore vous en ressouvenir et leur en donner des marques . C'est mettre le comble à leur satisfaction .

Pouvez-vous douter du plaisir extrême que nous a fait votre lettre et du désir de mon oncle de connaître les remarques que vous avez faites pendant cette malheureuse guerre ? La seule consolation qu'on éprouve étant privé de l'honneur de vous voir est celle de vous lire .

Vous nous promettez monsieur de revenir l'année prochaine dans nos montagnes . Je vous somme d'une parole aussi agréable . Si je pouvais être sûre du temps où nous vous posséderons vous trouveriez à votre arrivée une belle tragédie toute prête à jouer . Pour rendre la pièce plus intéressante, il faudrait que vous daignassiez y prendre un rôle . Si le cœur vous en dit mandez-le moi, nous conviendrons de la pièce et du rôle qui vous plairait davantage , vous l'apprendriez avant votre arrivée et vous augmenteriez nos plaisirs en voulant bien les partager . Je n'aurais pas tardé si longtemps monsieur à répondre à votre obligeante lettre si ma santé me l'avait permis . Elle est toujours fort languissante mais je retrouve des forces pour vous assurer combien j'ai l'honneur d'être monsieur

votre très humble et très obéissante servante

Denis .

 

Tous nos enfants sont bien flattés de l'honneur de votre souvenir et me chargent de vous en faire leurs très humbles remerciements .

Agréez aussi monsieur le Prince, ceux d'un vieillard, car tous les âges sont également sensibles à votre mérite . Il est vrai que je ne peux plus jouer la comédie, mais il en est de ce plaisir comme de tous ceux auxquels il faut que je renonce, je les aime fort dans les autres . Ma jouissance est de savoir qu'on jouit . Je désire plus que je n'espère de vous revoir entre nos montagnes . L'apparition que vous y avez faite nous a laissé des regrets qui dureront longtemps . Nous serions trop heureux si nous étions faits pour vous posséder comme nous le sommes pour vous aimer et pour vous respecter . Le vieux malade s'acquitte parfaitement de ces deux devoirs .

… V. »

1 L'édition de Kehl est limitée au post scriptum de V*, avec un mot d'introduction inventé, suivant la copie Beaumarchais-Kehl .

Écrire un commentaire