Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2019

Si je pouvais compter seulement sur un mois d’un état tolérable

... pense M. Blanquer en ce jour de rentrée pour les professeurs . 

Image associée

 

 

« A Cosimo Alessandro Collini

A Ferney, 11 Juillet 1764. 1

Je ne crois pas, mon cher ami, qu’il me soit permis de solliciter auprès de Son Altesse Sérénissime. pour un homme d’Église  ; car, outre que je suis fort profane, j’ai toujours sur le cœur de n’être point venu me mettre aux pieds de Mgr l’Électeur. L’édition de Corneille, à laquelle il a fallu travailler deux ans et quelques mois, m’a retenu indispensablement auprès de Genève. J’ai été privé de la vue six mois entiers par une fluxion affreuse qui se promène encore sur ma pauvre figure, née très faible, et affligée de soixante et onze ans, qui seront bientôt révolus. Je suis obligé de prendre médecine quatre fois par semaine ; vous jugez bien que dans cet état je suis beaucoup plus digne de la boutique d’un apothicaire que de la cour d’un prince aimable, plein d’esprit et de connaissances. J’ai opposé autant que j’ai pu un peu de gaieté à la tristesse de ma situation ; mais enfin la gaieté cède à la douleur et à la vieillesse. Si je pouvais compter seulement sur un mois d’un état tolérable, je vous assure, mon cher Collini, que je prendrais bien vite la poste, et que vous me verriez venir me mettre au rang des sujets de Son Altesse Sérénissime, c’est-à-dire au nombre des gens heureux. Ce mot d’heureux n’est pas trop fait pour moi. A votre âge, mon cher Collini, on jouit de la vie ; et au mien on la supporte. Je vous embrasse bien tendrement. 

V.»



1 L'original de ce manuscrit est sans doute passé à la vente Sylvestre à Paris le 16 mai 1826 .

Écrire un commentaire