Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2019

rien ne saurait être fait en Hollande qui puisse déplaire à un prince

...

 

« A Friedrich Wilhelm von Thulemeier

[vers le 1er novembre 1764] 1

[Il a été informé que la correspondance dont l’a honoré le roi de Prusse est en cours d'impression à Utrecht . Il est sûr que rien ne saurait être fait en Hollande qui puisse déplaire à un prince auquel un très grand respect serait dû même s'il n’était qu'un particulier ; néanmoins il estime de son devoir d'avertir l'ambassadeur de Prusse .]

1 Les détails donnés ici sont tirés d'une lettre de Thulemeier à Frédéric II en date du 9 novembre 1764, dans laquelle on lit : « J'ai lieu de croire , que le sieur Voltaire ayant appris que j'avais fait saisir la copie [de la collection appartenant à Mme du Châtelet des lettres échangées entre V* et Frédéric] […] a pris le parti de m'écrire pour me persuader que ce manuscrit a été envoyé en Hollande sous [sans ?] son avis. » Le 20, Thulemeier ajoute : « Sans faire paraître au sieur de Voltaire les soupçons que je conserve à si juste titre, je l'ai assuré que les États généraux avaient trop de déférence pour tout ce qui pourrait intéresser Votre Majesté pour ne point mettre obstacle à la publication d'un ouvrage qui devait lui déplaire . » Faire recherche : 9. November dans : https://archive.org/stream/publikationenaus86prusuoft/publikationenaus86prusuoft_djvu.txt

Écrire un commentaire