Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2020

on fourre dans l'inventaire bien des choses qui ne m'appartiennent pas 

... Telle est le constat de Harry , --qui semblerait bien avoir été contaminé par nos grèvistes en stoppant ses fonctions princières ,--  comptant les millions qui lui restent .

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

20è novembre 1764

Vous êtes les anges des Corneille, comme vous êtes les miens ; ainsi je compte que Mme Dupuits n'est pas trop téméraire en suppliant monsieur d'Argental de vouloir bien faire rendre le paquet ci-joint à M. Corneille . Le marquis est bien arrivé , et il a bien promis d'envoyer les feuilles qu'on demande ; et je ne doute pas que le prince et le marquis 1 n'ordonnent à leurs principaux officiers de faire les recherches nécessaires dans leur chancellerie , moyennant quoi l'héritier du nom de Corneille peut se flatter de recevoir dans quelques mois un paquet scellé du grand sceau .

Mes anges m'avaient tenu le cas secret sur les Lettres secrètes ; je ne les ai point lues . C'est un nommé Robinet, qui est allé exprès à Amsterdam . Je ne crois pas que son entreprise lui paye son voyage . Il prétend aussi faire imprimer ma correspondance avec le roi de Prusse ; en ce cas, il publiera de bien mauvais vers . Vous croyez bien que j'entends les miens car ceux d'un roi sont toujours bons .

Il me paraît que je ressemble assez à un homme dont le bien est à l'encan ; on vend tous mes effets comme si j'étais décédé insolvable , et on fourre dans l'inventaire bien des choses qui ne m'appartiennent pas ; mais comme je suis mort ce n'est pas la peine de me plaindre .

Dieu bénisse les vivants et qu'il accorde à mes anges la vie sempiternelle le plus tard qu'il pourra . »

1 A savoir Gabriel et Philibert Cramer !

Écrire un commentaire