Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2020

Il y a longtemps que que n'ai goûté une joie si pure

... Je ne pourrai le dire que lorsque je vous reverrai chère Mam'zelle Wagnière .

DSCF7422.JPG

 

 

« A Théodore Tronchin

[vers le 18 mars 1765]

Mon cher Esculape, voici une lettre de mon philosophe Damilaville . Si vous avez la bonté et le temps de faire un petit mot de réponse, je vous supplierai de me l'adresser . Félicitons-nous tous deux de vivre dans un siècle où il se trouve cinquante maîtres des requêtes qui députent au roi pour le supplier d'abolir à jamais la fête dans laquelle la ville de Toulouse remercie Dieu d'avoir égorgé autrefois trois ou quatre mille de leurs frères . Il y a longtemps que que n'ai goûté une joie si pure . »

Commentaires

Bonjour Mister James,

Ah ! le rêve de se retrouver ensemble au château !
Oui, ce sera le bonheur !

Sachez cependant que vous êtes dans mes pensées tous les jours.

A bientôt.

Votre m'amzelle Wagnière.

Écrit par : lovevoltaire | 11/06/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire