Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2020

les liaisons avec les jeunes gens du bel air sont souvent dangereuses, quel vide on trouve dans leur société

... La période des vacances et les fréquentations fugaces sont bien faites pour confirmer ce constat voltairien . Sea, sex and sun ! Noyades, MST et coups de soleil  !

Sea, Sex And Sun - KaLe

 

 

 

 

« A Jean-François-Joseph de Toulongeon, comte de Champlitte 1

A Ferney, 16 avril 1765

M. le marquis de Villette, monsieur, m’ayant appris qu’il était votre parent, et que vous étiez instruit de toutes ses affaires, j’ai cru que vous me pardonneriez la liberté que je prends de vous écrire sur sa situation présente. Il m’a inspiré un véritable intérêt à tout ce qui le regarde. Il est aimable, plein d’esprit ; je lui crois le cœur excellent, et j’ai vu avec une satisfaction bien sensible qu’il respecte et qu’il aime monsieur son père autant qu’il le doit. Il est fait pour être sa consolation. Plus il sent les fautes dans lesquelles il peut être tombé, plus il sent aussi la nécessité et le plaisir honnête de les réparer. La bonté de son caractère m’a enhardi quelquefois à observer avec lui combien les liaisons avec les jeunes gens du bel air sont souvent dangereuses, quel vide on trouve dans leur société, et que nos parents sont nos véritables amis. C’est surtout la manière dont il m’a parlé de vous, monsieur, qui m’a déterminé à vous ouvrir mon cœur. Il m’a fait l’honneur de regarder mon petit ermitage comme sa maison, et quand nous le perdrons, il nous laissera bien des regrets. Je prévois qu’avant de retourner à Paris il passera quelque temps auprès de vous ; il en sera plus cher à monsieur son père, et méritera davantage son amitié. Ce sera vous, monsieur, à qui il devra cette réconciliation entière. Je voudrais pouvoir l’accompagner quand il ira vous voir ; mon âge et les maladies dont je suis accablé me priveront probablement de cet avantage ; mais ils ne me laissent pas moins sensible à votre mérite et aux bontés que vous m’avez toujours témoignées. C’est surtout de ces bontés que j’attends quelque indulgence de vous pour cette lettre. Il ne m’appartient pas sans doute d’animer votre sensibilité pour M. de Villette ; permettez-moi seulement de joindre la mienne à la vôtre, et de vous renouveler tous les sentiments avec lesquels j’ai l’honneur d’être, monsieur, votre très-humble et très-obéissant serviteur.

Voltaire. »

 

1 Ce destinataire a été identifié par sa parenté avec le marquis de Villette ( il est le mari d'Anne-Prospère, tante de de Villette ) , et par le fait que Champlitte est en Haute-Soône sur la route de Paris .

Voir : https://gw.geneanet.org/garric?lang=fr&n=de+toulongeon&oc=0&p=jean+francois+joseph

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Champlitte

Écrire un commentaire