Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2020

quand on est sûr de la fidélité et de l’attachement d’une personne, c’est une acquisition dont il est cruel de se défaire

... Voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2020/08/citation.html

Merci Mam'zelle Wagnière .

 

 

« A Louis-François-Armand du Plessis, duc de Richelieu

26 avril [1765]

Une bonne femme, monseigneur, m’a donné d’une eau qui guérit mes misérables yeux, au moins pour quelques mois ; et le premier usage que je fais de la vue est de vous renouveler de ma tremblante main mes tendres hommages.

Je suppose que le paquet que vous m’ordonnâtes d’adresser à M. Jeannel vous a été rendu. Quand vous en voudrez d’autres, vous n’aurez qu’à me donner vos ordres. Je vous obéirai ponctuellement, ne doutant pas d’une sécurité entière sous vos auspices.

Le bruit des remontrances des gens tenant la Comédie 1 est parvenu jusqu’à l’enceinte de mes montagnes ; il paraît qu’une troupe est quelquefois plus difficile à conduire que des troupes ; il y a un esprit de vertige répandu dans plus d’un corps.

J’oserais soupçonner qu’il y a eu quelques tracasseries de la part d’une princesse de théâtre 2 qui aura pu vous indisposer contre M. d’Argental, dont vous aimiez autrefois la bonhomie, les yeux clignotants et la perruque en nid de pie. Il vous a de plus beaucoup d’obligations : c’est vous qui engageâtes le cardinal de Tencin à lui assurer une pension. Il serait trop ingrat s’il avait oublié vos bienfaits. Il jure qu’il s’en souvient tous les jours, et qu’il ne vous a jamais manqué. Je suis trop intéressé à vous voir persévérer dans votre bienveillance pour vos anciens serviteurs, je vous suis trop attaché, trop sensible à toutes vos bontés, pour n’être pas affligé qu’un cœur reconnaissant soit dans votre disgrâce. J’ai pris quelquefois la liberté d’avoir de petites altercations avec M. d’Argental sur le tripot ; mais que n’oublie-t-on pas quand on est sûr d’un cœur ?

On a d’ailleurs tant de sujets de se plaindre des hommes, on est entouré dans ce monde de tant d’ennemis, ou déclarés ou secrets, que quand on est sûr de la fidélité et de l’attachement d’une personne, c’est une acquisition dont il est cruel de se défaire. Pour moi, je vous réponds bien que vous serez mon héros jusqu’au tombeau, et que je mourrai le plus fidèle et le plus respectueux de tous ceux qui vous ont été attachés.

V. »

1 Ils voulaient demander justice de l’insulte qui leur avait été faite dans un mémoire où l’on rappelait que les serments des comédiens ne pouvaient être reçus en justice, attendu qu’ils exercent un métier infâme. (Beuchot.)

Écrire un commentaire