Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2020

Voilà tout ce que je sais de cette petite affaire, qui ne mérite pas de dérober un moment aux occupations d’un ministre

... Même un ex- ministre d'ailleurs ! https://www.lepoint.fr/politique/deputes-lrem-aurore-berg...

Bien . Circulons, il n'y a plus rien d'intéressant à voir !

 

 

« A César-Gabriel de Choiseul, duc de Praslin

Il y a deux mois, ou environ, qu’on envoya de Paris aux frères Cramer à Genève un manuscrit contenant la justification de la Gazette littéraire. On leur assura qu’ils feraient plaisir à monseigneur le duc de Praslin d’imprimer cet ouvrage, et on leur recommanda de lui envoyer les premiers exemplaires.

MM. Cramer me firent lire le manuscrit. Je le trouvai aussi spirituel que raisonnable, et je fus surpris qu’on ne l’imprimât  point à Paris. On me pria de presser l’imprimeur, et on m’écrivit plusieurs lettres. En conséquence je crus qu’on avait commencé par pressentir les volontés de monseigneur le duc de Praslin.

M. de Montpéroux s’est rencontré aujourd’hui chez moi avec M. Cramer l’aîné, qui n’a pas manqué d’envoyer deux exemplaires, comme on le lui avait recommandé.

Nous avons jugé que la lettre de monseigneur le Duc à M. de Montpéroux 1 avait précédé la réception de ces deux exemplaires . 

Nous avons présumé aussi que les auteurs de la justification de la Gazette littéraire n’avaient pas consulté le protecteur de cette Gazette, et n’avaient pas eu son agrément.

Sans approfondir les raisons de supprimer ce petit livre, M. Cramer s’est engagé à le supprimer, uniquement pour montrer sa déférence aux désirs de monseigneur le duc de Praslin ; et il m’a même promis, en présence de M. de Montpéroux, d’envoyer le manuscrit, ou du moins les feuilles qu’il pourra retrouver. Voilà l’état des choses.

S’il est vrai (ce qu’on m’a mandé) que le détracteur qui avait écrit contre MM. d'Arnaud et Suard leur ait demandé pardon, et que la paix soit faite, je conçois qu’il ne faut pas faire d’hostilités. Si on a pris seulement des alarmes sur ce que cet écrit s’imprimait à Genève, ces alarmes peuvent être apaisées par la lecture de l’ouvrage, qui est certainement d’un homme supérieur, et digne d’être protégé par monseigneur le duc de Praslin.

Voilà tout ce que je sais de cette petite affaire, qui ne mérite pas de dérober un moment aux occupations d’un ministre, et que je suppose entièrement finie.

Je supplie monseigneur le duc de Praslin de vouloir bien agréer mon attachement et mon respect.

V.

A Genève 30 mai [1765]2 »

2 En marge de l'original, V* a noté : « Mémoire pour Mgr le duc de Praslin en main propre. »

Écrire un commentaire