Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2020

une belle réponse aux ardélions  : elle doit vous faire aimer de vos inférieurs, et vous faire respecter de vos égaux

... Encore faut-il que ça vaille la peine  de répondre à des verbeux qui ne fichent rien .

 

 

 

« Au marquis Francesco Albergati Capacelli. Senatore

di Bologna

à Bologna

29è juillet 1765, à Ferney 1

C’est une grande consolation, monsieur, dans ma vieillesse infirme, de recevoir de vous le beau recueil dont vous m’avez honoré. Votre présent est venu bien à propos, je peux encore lire dans les beaux jours de l’été. J’ai déjà lu votre traduction de Phèdre 2; et j’ai parcouru tout le reste, que je vais lire très-attentivement. Je suis toujours étonné de la facilité avec laquelle vous rendez vers pour vers une tragédie tout entière. Votre style est si naturel qu’un étranger qui n’aurait jamais entendu parler de la Phèdre de Racine, et qui aurait appris parfaitement l’italien et le français, serait très-embarrassé à décider laquelle des deux pièces est l’original. Il faut vous avouer que les Français n’ont jamais eu de traductions pareilles en aucun genre . Cet avantage, que vous possédez, ne vient pas seulement de l’heureuse flexibilité de la langue italienne, il est dû à votre génie.

Je trouve, monsieur, que votre préface est une belle réponse aux ardélions 3 : elle doit vous faire aimer de vos inférieurs, et vous faire respecter de vos égaux.

J’ai entrevu, par ce que vous dites sur Idoménée, qu’en effet vous aviez trop honoré un ouvrage qui ne méritait pas vos soins . Ce qui est méprisé chez nous ne doit pas être estimé en Italie.

Permettez que je joigne ici les éloges et les remerciements que je dois à M. Agostini 4. Il me parait bien digne de votre amitié . Vous ne pouviez être mieux secondé dans la culture des beaux-arts. On disait autrefois, dans les temps d’ignorance : Bononia docet ; on doit dire aujourd’hui, grâce à vous, dans le temps du goût et de l’esprit : Bononia placet 5.

Adieu, monsieur, je ne peux mieux finir ma carrière qu’en regrettant de n’avoir pas eu l’honneur de vivre avec vous. Tant que je vivrai, vous n’aurez point de partisan plus zélé, ni d’ami plus véritable.

V. »

1 Mention « f[ran]co Milano » sur le manuscrit .

Albergati a écrit le 9 juillet 1765 à V* en envoyant « deux tomes de tragédies traduites »( Phèdre, et Idoménée).

3 Mot, pur latinisme, ardelio se trouve chez Phèdre, etc., qui signifie à peu près « personne empressée à donner des conseils et qui ne fait rien ».

4 Les éditions mettent Paradisi et c'est en effet ce que V* veut dire : il emploie ici le prénom Agostini au lieu du nom .Paradisi a traduit la Mort de César et Tancrède.

5 Bologne instruit … Bologne plait .

Écrire un commentaire