Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2021

J'ai reçu de mon mieux vos deux conseillers, mon cher Président

... Et j'attends avec impatience le jour et l'heure de mon rendez-vous vaccinal . Comme dit le dicton espagnol "si tu es pressé , tu es déjà mort !", et c'est donc la seule consolation que j'ai en comptant  les jours me séparant de la salvatrice piqure (si c'était des moutons , j'en aurais assez pour m'endormir !).

Ave Caesar ! morituri te salutant !

Astérix et le smiley de César

 

 

 

« Au Président

Germain-Gilles-Richard de Ruffey etc.

à Dijon

18è septembre 1765, à Ferney

J'ai reçu de mon mieux vos deux conseillers, mon cher Président, tout malade que je suis . Je m'intéresse vivement aux progrès de votre Académie ; vous l'avez établie, et vous la perfectionnerez . Je ne peux que vous applaudir de loin . Si vos magistrats avaient pu rester quelque temps dans nos cantons ils auraient vu chez moi une assez bonne comédie, qui se soutient malgré le départ de Mlle Clairon . Il faut avouer que cette Mlle Clairon est bien étonnante . En vérité je n'avais point d'idée d'un jeu si supérieur . Toutes les actrices que j'avais vues jusqu'à présent, excepté Mlle Dumesnil, n'étaient que de froides marionnettes .

J'aurais bien voulu vous tenir à Ferney avec M. l'ancien premier président de La Marche votre ami . Je fais bâtir deux ailes pour vous mieux recevoir si jamais vous revenez dans nos déserts . Conservez-moi des bontés qui seules peuvent me consoler de votre absence .

18è septembre 1765 à Ferney »

Écrire un commentaire