Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2021

il est avec l'attachement le plus respectueux votre très humble et très obéissant serviteur et il en dit autant à vos deux maris

... En tout bien tout honneur .

 

 

« A Marie-Jeanne Pajot de Vaux, Maîtresse

des comptes

à Lons-le Saulnier

Franche-Comté

18è septembre 1765 à Ferney

M. de Gondreville , madame, est aussi aimable que vous le dites . Je vois bien que vous vous y connaissez ; qui est plus faite que vous pour décider de ce qui doit plaire ?

Je demande bien pardon à monsieur François ; je compte bien lui écrire un jour pour l’assurer de tout mon attachement . Je prie madame sa mère en attendant de lui faire mes compliments très sincères .

On répète actuellement chez moi des comédies ; nous n'avons pas besoin de cela pour vous regretter ; vous auriez été une de nos meilleurs actrices ; mais vous êtes encore plus faite pour être le charme de la société que celui du théâtre . Si votre vieux serviteur vous écrivait de sa main il prendrait encore la liberté de vous appeler Pâté 1; mais comme il vous écrit de la main d'un autre il est avec l'attachement le plus respectueux votre très humble et très obéissant serviteur et il en dit autant à vos deux maris .

V. »

Écrire un commentaire