Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2021

Je fais bien pis ; je crois que j’ai raison

... Est-il pire défaut ?

https://www.youtube.com/watch?v=GCTuXHW5vl4

Descartes au lycée : Complots et manipulations

 

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

1er juillet [1766] 1

Ignis ubique latet, naturam amplectitur omnem,

Cuncta parit, renovat, dividit, unit, alit.2

 

Oui, mon cher philosophe, ces deux, mauvais vers sont de moi. Je suis comme l’évêque de Noyon 3, qui disait dans un de ses sermons : « Mes frères, je n’ai pris aucune des vérités que je viens de vous dire ni dans l’Écriture, ni dans les pères ; tout cela part de la tête de votre évêque. »

Je fais bien pis ; je crois que j’ai raison, et que le feu est précisément tel que je le dis dans ces deux vers. Votre Académie n’approuva pas mon idée, mais je ne m’en soucie guère. Elle était toute cartésienne alors, et on y citait même les petits globules de Malebranche : cela était fort douloureux. Je vous recommande, mon cher frère et mon maître, les Vernet dans l’occasion.

Vous m’enchantez de me dire que Mlle Clairon a rendu le pain bénit ; on aurait bien dû la claquer à Saint-Sulpice. Je m’y intéresse d’autant plus, moi qui vous parle, que je rends le pain bénit tous les ans avec une magnificence de village que peut-être le marquis Simon Lefranc n’a pas surpassée. Je suis toujours fâché que le puissant auteur de la belle Préface 4 ait pris martre pour renard, en citant saint Jean 5. Les pédants tireront avantage de cette méprise, comme Cyrille se prévalut de quelques balourdises de l’empereur Julien ; et de là ils concluront que les philosophes ont toujours tort.

Nous aurons incessamment dans notre ermitage un prince 6 qui vaut un peu mieux que le protecteur 7 de Catherin Fréron.

Êtes-vous homme à vous informer de ce jeune fou nommé M. de La Barre, et de son camarade, qu’on a si doucement condamnés à perdre le poing, la langue, et la vie, pour avoir imité Polyeucte et Néarque ?8 On me mande qu’ils ont dit, à leur interrogatoire, qu’ils avaient été induits à l’acte de folie qu’ils ont commis par la lecture des livres des encyclopédistes.

J’ai bien de la peine à le croire ; les fous ne lisent point, et assurément nul philosophe ne leur aurait conseillé des profanations. La chose est importante. Tâchez d’approfondir un bruit si odieux et si dangereux.

M. le chevalier de Rochefort m’a bien consolé de tous les importuns qui sont venus me faire perdre mon temps dans ma retraite. Dieu merci, je ne les reçois plus ; mais quand il me viendra des hommes tels que M. le chevalier de Rochefort, qui me parleront de vous, mes moments seront bien employés avec eux. Je viens de voir aussi un M. Bergier 9, qui pense comme il faut ; il dit qu’il a eu le bonheur de vous voir quelquefois, et il ne m’en a pas paru indigne.

N’oubliez pas, je vous en supplie, Polyeucte et Néarque ; mais surtout mandez-moi si vous êtes dans une situation heureuse, et si vous vous consolez des niches qu’on fait tous les jours à la philosophie. »

2 Le feu est partout caché, il embrase toute nature, il donne naissance à tout, renouvelle, divise, unit, nourrit toute chose ; ces vers latins sont en épigraphe à l'Essai sur la nature du feu et sur sa propagation, 1738 ; voir : https://fr.wikisource.org/wiki/Essai_sur_la_nature_du_feu_et_sur_sa_propagation/%C3%89dition_Garnier/Avertissement

3 François de Clermont-Tonnerre , , né en 10-29, mort le !5 février 1701, membre de l'Académie française, et dont le malin d'Alembert a fait l'Apologie. (Beuchot.) ; voir la note : https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Voltaire_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Garnier_tome26.djvu/559

4 Voir lettre 6252 du 1er février 1766 à Frédéric II, roi de Prusse : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2021/05/18/sans-justesse-il-n-y-a-ni-esprit-ni-talent-6316581.html

5 Frédéric a signalé comme apocryphe la passage de Saint Jean I, v, 7-8 alors qu'il s'agit seulement d'une inerpolation .

6 Le prince de Brunswick.

7 Le prince de Deux-Ponts : https://journals.openedition.org/crcv/16148

9 Le traducteur Claude-François Bergier, frère du théologien  : https://data.bnf.fr/fr/12268357/claude-francois_bergier/

Écrire un commentaire