Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2021

Il y a des pays et des occasions où il faut savoir garder le silence

... Leur liste est sans fin . Il y a un renouvellement de la censure sans cesse .

A vous de l'écrire selon vos connaissances , croyances, préférences , appartenances .

 

 

« Au chevalier Jacques de Rochefort d'Ally

1er septembre 1766

Comptez, monsieur, que mon cœur est pénétré de vos bontés. Je ne savais pas que ce fût vous qui m’aviez envoyé un factum qui m’a paru admirable. Le petit mot qui l’accompagnait m’avait paru être de la main de M. Damila. Pardonnez à la faiblesse de mes yeux . Mes organes ne valent rien, mais mon cœur a la sensibilité d’un jeune homme. Il a été touché de quelques aventures funestes, mais ma sensibilité n’est point indiscrète. Il y a des pays et des occasions où il faut savoir garder le silence. Mon cœur ne s’ouvre que sur les sentiments de la reconnaissance et de l’amitié qu’il vous doit. Je ne souhaite plus que de vous revoir encore ; et si je peux l’espérer, je me tiendrai très heureux.

J’ai appris de M. le duc de La Vallière qu’il prenait la maison de Jansin . Ce qui est sûr, c’est qu’il l’embellira, et que ceux qui y souperont avec lui passeront des moments bien agréables. Oserais-je vous supplier, monsieur, de vouloir bien faire souvenir de moi Mgr le duc de La Vallière et M. le prince de Beauvau, si vous les voyez ? Je me souviens que M. le duc d’Ayen m’honorait autrefois de ses bontés. Vous serez mon protecteur dans toutes les compagnies des gardes. J’ai connu autrefois des gardes du corps qui faisaient des tragédies ; mais je les crois plus brillants encore en campagne qu’au Parnasse. Je suis obligé de finir trop vite ma lettre, le courrier part dans ce moment.

Je vous suis attaché pour ma vie. »

 

Écrire un commentaire