Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2022

Dorénavant je ne mettrai mon argent qu'à acheter du bœuf, du blé et du bois , qui manquent entièrement

.... tout comme l'huile et les pâtes dans les rayons des supermarchés . Sur ce, j'y vais avant que l'inflation me laisse sans un .

 

 

« A Gabriel Cramer

[vers le 25 janvier 1767]

Vous me mettez au désespoir, mon cher Caro, vous ne m'envoyez rien, point de D'Alembert, point de D'Olivet, point de Scythes .

Sachez d'ailleurs que nous manquons de vivres et de toutes sortes de provisions autant que d'imprimés .

Mandez-moi si l'on est ainsi à Genève . Il est dur de n'avoir ni à manger, ni à lire . Joignez à cette horrible disette six pieds de neige, et dites si tout cela est fort plaisant .

Je vous prie de dire à M. Des Franches que ce M. De Vilding est un étrange original . Il ne m'a jamais parlé , il m'emprunte cinquante louis, et il ne m'écrit pas seulement une lettre de remerciements . Les Scythes n'avaient pas de tels procédés . Dorénavant je ne mettrai mon argent qu'à acheter du bœuf, du blé et du bois , qui manquent entièrement dans cet abominable climat, où le diable et votre frère m'ont conduit . »

 

 

 

« A Gabriel Cramer

[vers le 25 janvier 1767]

On envoie à monsieur Cramer le Graevius et le Dion . On le supplie de faire remettre à Dalloz le premier volume de Dion . On lui sera très obligé . »

Écrire un commentaire