Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2022

un dénoûment prévu par le spectateur ne peut jamais déplaire que quand ce même dénoûment est prévu par les personnages à qui on veut le cacher

...En attendant Godot  le nouveau gouvernement , "La meilleure équipe"[sic] .

On poireaute, on poireaute ! Ceux qui sont sur siège éjectable ne sont pas contre .

 

 

« A Bernard-Louis Chauvelin 1

À Ferney, 26è janvier 1767

Vous m’inspirez, monsieur, bien des sentiments à la fois, la reconnaissance de vos bontés et l’étonnement des ressources de votre esprit dans un genre qui n’est chez vous qu’un amusement passager. Jamais lettre ne m’a fait plus de plaisir que celle dont vous m’honorez. Nous allions faire une répétition des Scythes à Ferney, quand je la reçus, à peu près comme on jouait aux échecs au siège de Troie pour faire diversion quand on mourait de faim. Nous avons sur-le-champ changé beaucoup de choses à la scène d’Obéide et de son père, au cinquième acte. Nous pensons, comme vous, que cette scène trop longue refroidirait l’action. Le cinquième acte nous fait actuellement un grand effet.

Si je n’étais pas pressé par le temps et par des affaires bien cruelles, je vous apporterais peut-être quelques raisons pour faire voir qu’un dénoûment prévu par le spectateur ne peut jamais déplaire que quand ce même dénoûment est prévu par les personnages à qui on veut le cacher . Je vous dirais que le spectateur ou le lecteur se met toujours, malgré lui-même, à la place des personnages : je vous en ferais voir cent exemples. Mais dans l’état où je suis, je vous avoue que je suis plus occupé de mes propres chagrins que de ceux d’Obéide. M. d’Argental vous a dit sans doute de quoi il s’agit ; il dit que vous pouvez tout auprès de M. de La Reynière ; il est très aisé à M. de La Reynière de faire envoyer ailleurs un nommé Jeannin, qu’il est important d’éloigner de l’endroit où il est . Ce Jeannin est un employé des fermes, contrôleur à un bureau nommé Saconnex, entre Gex et Genève. L’éloignement de cet homme, coupable de la perfidie la plus noire, était un préalable nécessaire qui seul pouvait me tirer d’une situation affreuse. Cet événement, joint au chagrin de me voir bloqué chez moi par des troupes pour les querelles des Genevois, un hiver intolérable, une santé ruinée, un âge avancé, un corps souffrant et affaibli, l’impossibilité de vivre où je suis et l’impossibilité de m’en aller, voilà ce qui compose actuellement ma destinée.

Votre lettre, monsieur, a été pour moi une consolation autant qu’une instruction. J’en profiterais davantage si ma pauvre âme avait dans ce moment quelque liberté . Il faut au moins qu’elle soit tranquille pour cultiver avec succès un art que vous me rendez cher par l’intérêt que vous daignez y prendre. Comptez que j’en prends un beaucoup plus vif à votre bonheur, à celui de Mme de Chauvelin et à toute votre famille . Je vous serai attaché jusqu’au dernier moment de ma vie avec le plus tendre respect. »

1 Le marquis de Chauvelin, lieutenant général et maître de la garde-robe de Louis XV, était un des esprits les plus cultivés et les plus aimables de la cour. Il mourut en faisant le piquet du roi. C’est le père du député qui, parmi les orateurs populaires de la Restauration, se fit remarquer par la facilité de sa parole et d’heureuses saillies. (A. F.)

https://data.bnf.fr/10696354/bernard_louis_chauvelin/

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard-Louis_Chauvelin

Écrire un commentaire