Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2022

personne assurément ne vous enviera

... ni demain , ni jamais, vous qui vivez avec la menace de mort lancée par un vieil iman fanatique en 1989  : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/08/12/l-auteur-britannique-salman-rushdie-attaque-sur-scene-lors-d-une-conference-dans-l-etat-de-new-york_6137893_3210.html

30 ans après la fatwa le condamnant, Salman Rushdie ne veut plus vivre  caché - The Times of Israël

Le Parisien

Bravo Google Actualités , rois de l'info : un crime en rubrique Divertissement , visible ce matin sur votre site !

 

 

 

« A Jean-Baptiste-Jacques Élie de Beaumont

Avocat, etc.

4è mars 1767

Mes yeux ne me permettent pas d’écrire, mon cher Cicéron ; je n’ai pas actuellement auprès de moi celui 1 qui vous fait d’ordinaire mes remerciements ; mais vous n’en verrez pas moins que j’ai reçu votre mémoire 2. Nous l’avons lu, nous avons pleuré. Ou les hommes seront de bronze, ou les Sirven seront justifiés comme les Calas. La consultation est de la plus grande habileté, et d’une bienséance qui fera beaucoup d’honneur à celui qui l’a rédigée. La victoire me paraît sûre. Les protestants et les catholiques vous béniront également, et personne assurément ne vous enviera la terre de Canon 3. On dira qu’il est bien permis au défenseur de l’humanité de se défendre lui-même, et de réclamer le bien des ancêtres de sa femme. Je vous prie de vouloir bien me faire envoyer un second exemplaire par M. Damilaville. Le premier sera pour messieurs du conseil de Berne ; le second sera signé par Sirven et ses filles. Messieurs de Berne doivent en avoir un parce qu’ils ont promis de continuer aux Sirven la petite pension qu’ils veulent bien leur faire pendant qu’ils poursuivront leur procès à Paris, et qu’ils ont mis pour condition qu’ils verraient le mémoire par lequel ils seraient appelés à venir auprès de vous.

Je vous enverrai Sirven et une de ses filles aussitôt que vous l’ordonnerez ; il y en a une qui est incapable de faire le voyage ; je ne puis trop vous réitérer mes tendres remerciements. Je vous embrasse cent fois, sage et éloquent vengeur de l’innocence. 

V.»

1La date est cependant de la main de Wagnière .

Écrire un commentaire