Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2022

N'importe il faut aller en avant ...Je n’ai d’autre ressource que dans la vérité ; il faut qu’elle paraisse du moins aux yeux des ministres 

... Mister président dixit (ou presque) . Maître Castex semble bien l'avoir compris et ses coups de gueule valent bien ceux de l'opposition, nous sommes en régime coups pour coups .

Près de 14 000 nouveaux infectés par heure, plus de 230 chaque minute, soit au moins 34 600 pendant la rédaction et mise en ligne de cette note ! Et il en est encore qui pleurnichent parce qu'on les empêche de nuire . Ces hors-la-loi vont sentir le vent du boulet , et puisqu'il le faudra, les coups de pied au cul .

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

1er octobre 1766 1

Je vous envoie, mon cher ami, cette lettre ouverte pour M. de Beaumont 2, que je vous supplie de lire. Il s’est chargé de trois affaires fort équivoques, qui feront grand tort à la cause des Sirven. Il y a un parti violent contre lui . On a surtout prévenu les deux Tronchin. On s’irrite de le voir invoquer une loi cruelle 3 contre les protestants mêmes qu’il a défendus . On dit que sa femme, étant née protestante, devait réclamer cette loi moins qu’une autre. On prétend que l’acquéreur de la terre de Canon 4 est de bonne foi, et que les terres en Normandie ne se vendent jamais plus que le denier vingt. On assure que le brevet obtenu par l’acquéreur le met à l’abri de toutes recherches, et que la même faveur qui lui a fait obtenir son brevet lui fera gagner sa cause.

Je vous confie mes alarmes. L’odieux qu’on jette sur cette affaire nuira beaucoup à celle des Sirven, je le vois évidemment , mais plus nous attendrons, plus nous trouverons le public refroidi ; et d’ailleurs les démarches que j’ai faites exigent absolument que le mémoire soit imprimé sans délai ; si M. de Beaumont est à la campagne, il n’a d’autre parti à prendre que de vous confier le mémoire, que vous ferez imprimer par Merlin. Il se serait bien mieux vendu s'il avait paru avant l'affaire de M. de La Luzerne . C'est un malheur attaché au mérite ; mais les Sirven en souffriront . N'importe il faut aller en avant . La protection de MM. les ducs de Choiseul et de Praslin nous soutiendra . Nous aurons la protection de M. le comte de Saint Florentin . Enfin nous sommes engagés et nous n'avons pas un moment à perdre .

J’ai enfin reçu le certificat 5 de M. Deodati . J’aurai celui 6 de Lacombe par le premier ordinaire. Il est essentiel de confondre la calomnie , car en brisant une de ses flèches, on brise toutes les autres. Il paraît tous les jours des livres qu’on ne manque pas de m’imputer. Il faudrait que je ressemblasse à Esdras 7, et que je dictasse jour et nuit, pour faire la dixième partie des écrits dont l’imposture me charge. On poursuit avec acharnement ma vieillesse ; on empoisonne mes derniers jours. Je n’ai d’autre ressource que dans la vérité ; il faut qu’elle paraisse du moins aux yeux des ministres ; ils jugeront de toutes ces calomnies par celles de l’éditeur de mes prétendues lettres. C’est un service qu’il m’aura rendu, et qui pourra servir de bouclier contre les traits dont on accable les pauvres philosophes. Est-il bien vrai qu'on a mené à la Bastille deux hommes pris à Nancy qu'on dit s'être défendus longtemps contre les preneurs ?

On a annoncé le livre de Fréret 8 dans la Gazette d’Avignon ; on y dit, à la vérité, que le livre est dangereux, mais qu’il y a beaucoup de modération et de profondeur.

Adieu, mon cher ami ; je vous embrasse aussi tendrement que je vous regrette.

Je vous demande en grâce de m’envoyer, par la première poste, le factum de M. de La Roque contre M. de Beaumont 9, car je veux absolument juger ce procès au tribunal de ma conscience. »

1 L'édition de Kehl suivant la copie Beaumarchais omet deux passages : Il se serait mieux vendu […] à perdre , et Est-il bien vrai [,,,] preneurs ? Le cinquième paragraphe omis sur la copie est cependant bien imprimé .

2 Lettre manquante .

4 Département du Calvados. Élie de Beaumont y fonda un prix pour une rosière. L’abbé Le Monnier a publié un opuscule intitulé Fêtes des bonnes gens de Canon, et des Rosières de Briquebec et de Saint-Sauveur-le-Vicomte ; 1778, in-8° : https://books.google.bj/books?id=VKIvyr2S_ioC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

5 Il fait partie de l’Appel au public, page 579 : https://fr.wikisource.org/wiki/Appel_au_public/%C3%89dition_Garnier

6 Il n’est pas dans l’Appel au public.

8 L’Examen critique des Apologistes de la religion chrétienne ; voyez lettre du 1er avril 1766 à Damilaville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2021/07/06/m-6325583.html

9 Dans le procès dont il est parlé au commencement de cette lettre, voir : https://archives.calvados.fr/ark:/52329/sr8wcdt0n4pb/f0383e89-0710-4e81-a8c6-69d5c16ead83

Écrire un commentaire