Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2016

Les belles reçoivent froidement les cajoleries ; mais les laides y sont fort sensibles

... Mon cher Voltaire, tu es d'une lucidité exemplaire .

 Afficher l'image d'origine

 

 

« A Etienne de Lafargue 1

A Ferney le 16 août 1761

Moins je mérite vos beaux vers 2, monsieur, et plus j'en suis touché . Les belles reçoivent froidement les cajoleries ; mais les laides y sont fort sensibles . Je vous répondrais en vers, si je n'atais pas entièrement occupé de ceux de Corneille . Chaque moment que je dérobe au commentaire que j'ai promis sur les ouvrages de ce grand homme, est un marcin que je lui fais ; mais je ne puis me refuser au plaisir de vous remercier, et de vous dire avec combien d'estime j'ai l'honneur d'être, etc. »

 

Écrire un commentaire