Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2016

Il a tonné sur une montagne dont le sommet est inaccessible ; donc il y a des dieux qui habitent sur cette montagne, et qui lancent le tonnerre

... Et la trouille fait le reste : religions et prêtres, fidèles et fanatiques, charité et guerres, recherche du paradis et angoisse de l'enfer .

Ô incorrigibles humains crédules et superstitieux !

 Afficher l'image d'origine

Plutôt que de se trainer à genoux en peuple soumis et lâche, mettons nous à la muscu ! l'exemple vient d'en haut ! Non ?

 

 

 

« A Jean-Jacques Dortous de Mairan

Au château de Ferney en Bourgogne

par Genève, 16 august 1761

Votre lettre du 2è août , monsieur, me flatte autant qu’elle m’instruit ; vous m’avez donné un peu de vanité toute ma vie ; car il me semble que j’ai été de votre avis sur tout. J’ai pensé invariablement comme vous sur l’estimation des forces 1, malgré la mauvaise foi de Maupertuis, et même de Bernouilli, et de Muchenbrok 2. Et comme les vieillards aiment à conter, je vous dirai qu’en passant à Leyde, le frère Muschembrok, qui était un bon machiniste et un bon homme, me dit : « Monsieur, les partisans des carrés de la vitesse sont des fripons ; mais je n’ose pas le dire. »

J’ai été entièrement de votre opinion sur l’aurore boréale, et je souscris à tout ce que vous dites sur le mont Olympe, d’autant plus que vous citez Homère. J’ai toujours été persuadé que les phénomènes célestes ont été en grande partie la source des fables. Il a tonné sur une montagne dont le sommet est inaccessible ; donc il y a des dieux qui habitent sur cette montagne, et qui lancent le tonnerre . Le soleil paraît 3 d’orient en occident ; donc il a de bons chevaux . La lune parcourt un moins grand espace ; donc, si le soleil a quatre chevaux, la lune doit n’en avoir que deux . Il ne pleut point sur la tête de celui qui voit un arc-en-ciel ; donc l’arc-en-ciel est un signe  qu’il n’y aura jamais de déluge, etc., etc., etc., etc., etc., etc.

Je n’ai jamais osé vous braver, monsieur, que sur les Egyptiens ; et je croirai que ce peuple est très nouveau, jusqu’à ce que vous m’ayez prouvé qu’un pays inondé tous les ans, et par conséquent inhabitable sans le secours des plus grands travaux, a été pourtant habité avant les belles plaines de l’Asie. Tous vos doutes et toutes vos sages réflexions envoyées au jésuite Parenin 4 sont d’un philosophe ; mais Parenin était sur les lieux, et vous savez que ni lui ni personne n’ont pensé que les adorateurs d’un chien et d’un bœuf aient instruit le gouvernement chinois, adorateur d’un seul Dieu depuis environ cinq mille ans. Pour nous autres barbares qui existons d’hier, et qui devons notre religion à un petit peuple abominable, rogneur d’espèces, et marchand de vieilles culottes, je ne vous en parle pas ; car nous n’avons été que des polissons en tout genre jusqu’à l’établissement de l’Académie, et au phénomène du Cid.

Je suis persuadé, monsieur, que vous vous intéressez à la gloire de ce grand homme 5. Pressez l’Académie, je vous en supplie, de vouloir bien me renvoyer incessamment l’Épître dédicatoire que je lui adresse, la préface du Cid, les notes sur le Cid, les Horace, et Cinna, afin que je commence à élever le monument que je destine à la gloire de la nation.

Il me faut la sanction de l’Académie. Je corrigerai sur-le-champ tout ce que vous aurez trouvé défectueux ; car je corrige encore plus vite et plus volontiers que je ne compose.

Je crois, monsieur, que vous voyez quelquefois madame Geoffrin ; je vous supplie de lui dire combien mademoiselle Corneille et moi nous sommes touchés de son procédé généreux. Elle a souscrit pour la valeur de six exemplaires : elle ne pouvait répondre plus noblement aux impertinences d’un factum ridicule 6, dont assurément mademoiselle Corneille n’est point complice. Cette jeune personne a autant de naïveté que Pierre Corneille avait de grandeur. On lui lisait Cinna ces jours passés  quand elle entendit ce vers : 

Je vous aime, Emilie, et le ciel me foudroie, etc. 7

Fi donc, dit-elle, ne prononcez pas ces vilains mots-là. C’est de votre oncle, lui répondit-on. Tant pis, dit-elle ; est-ce qu’on parle ainsi à sa maîtresse ? Adieu, monsieur ; je recommande l’oncle et la nièce à votre zèle, à votre diligence, à votre bon goût, à vos bontés. Je vous félicite d’une vieillesse plus saine que la mienne ; vivez aussi longtemps que le secrétaire votre prédécesseur 8, dont vous avez le mérite, l’érudition, et les grâces.

Votre très humble et très obéissant serviteur

Le Suisse V. »

3 Mot suivi de courir dans l'édition de Kehl .

5 Kehl remplace grand homme par grand Corneille

7 Corneille, Cinna, III, 4 .

8 Fontenelle qui vécut centenaire .

 

Écrire un commentaire