Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2016

il n’y a rien qu’on ne fasse pour satisfaire ses passions

... Et ma belle amie Mam'zelle Wagnière en est la preuve vivante, passionnée et passionnante fidèle de Voltaire. Avec un coeur d'or ...

DSCF1713 coeur d or.JPG

 

 

 

«  A Pierre-Joseph Thoulier d'Olivet

Au cjâteau de Ferney en Bourgogne,

par Genève 16è august 1761

Nous sommes vieux l’un et l’autre, mon cher Cicéron ; par conséquent il faut se presser. J’ai envoyé à M. le secrétaire perpétuel de l’Académie 1 l’Epître dédicatoire adressée à la compagnie, les commentaires sur les Horaces et sur Cinna, et la préface du Cid. Je vous envoie les remarques sur le Cid : et je vous supplie, vous qui êtes si au fait de l’histoire littéraire de ce temps-là, de m’aider de vos lumières. J’attends de votre ancienne amitié que vous voudrez bien presser un peu l’ouvrage. Nous n’attendons, pour commencer l’impression, que l’approbation du corps auquel je dédie ce monument, qui me paraît assez honorable pour notre nation.

Presque tous les amateurs s’accordent à désirer un commentaire perpétuel sur toutes les tragédies de Pierre Corneille. Cet ouvrage n’est ni aussi long ni aussi difficile qu’on le pense pour un homme qui depuis longtemps a fait une lecture assidue et réfléchie de toutes ces pièces . Il n’en est point qui n’ait de beaux endroits. Les remarques sur les fautes pourront être utiles, et les remarques historiques pourront être intéressantes.

Je ne m’embarrasse point de la manière dont les Cramer imprimeront l’ouvrage : c’est leur affaire. Il y aura probablement six ou sept volumes in 4° ; et à deux louis d’or l’exemplaire il y aurait beaucoup de perte, sans la protection que le roi et les premiers du royaume accordent à cette entreprise. J’aurai peut-être l’honneur d’y contribuer autant que le roi même ; car il faudra que je fasse toutes les avances, et que je supplée toutes les non-valeurs ; mais il n’y a rien qu’on ne fasse pour satisfaire ses passions ; et la mienne est d’élever avant ma mort un monument dont la nation me sache quelque gré. Vous voyez que j’ai puisé un peu de vanité dans la lecture de votre Cicéron ; mais je vous avertis qu’il n’y a rien de fait, si l’Académie ne me seconde pas.

Je supplie M. le secrétaire de marquer en marge tout ce qu’il faudra que je corrige, et je le corrigerai sur-le-champ ; je ne fatiguerai pas l’Académie de mes observations sur Pertharite, Agésilas, Suréna, Attila, Andromède, la Toison d’or, Pulchérie, en un mot sur les pièces qu’on ne joue jamais, et dont le commentaire sera très court . Mais je prendrai la liberté de la consulter sur tous mes doutes. Vous sentez qu’il est important qu’un tel ouvrage ait la sanction du corps, et qu’on puisse faire un livre classique qui sera l’instruction des étrangers et des Français.

Couronnez votre carrière, mon cher ami, en donnant tous vos soins au succès de notre entreprise.

Je suis obligé de dicter tout ce que j’écris, attendu qu’il ne me reste plus guère que la parole, et que je dicte en me levant, en me couchant, en mangeant, et en souffrant.

Vale, care Olivete.

V. »

1 Duclos .

 

Commentaires

Vous avez toujours les mots pour me faire rougir, mister James. [:befree]

Écrit par : lovevoltaire | 21/07/2016

Répondre à ce commentaire

Je n'ai aucun mal à les dire tant vous le méritez, et si vous rougissez, cela vous va bien gente dame .

Écrit par : James | 21/07/2016

Écrire un commentaire