Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2016

Vous m'aviez écrit que je pouvais compter sur Son Altesse Sérénissime . Il est dur d'être détrompé

... Je ne passerai pas mes vacances dans le palais de Monaco, pas même comme baby-sitter des enfants princiers ou garde au casque si seyant . 

 

Oh ! et puis , tout compte fait, dormir, seul,  avec un crucifix au dessus de la tête ! bast !

 

 

« A Ponce Denis Ecouchard Le Brun

secrétaire des commandements

de Son Altesse Sérénissime Mgr le prince

de Conti

au temple

20 aout [1761]

Je suis affligé monsieur pour Mgr le prince de Conti et pour vous, qu'il soit le seul de tous les princes qui refuse de voir son nom parmi ceux qui favorisent le sang du grand Corneille . Je serais encore plus fâché si ce refus était la suite de la malheureuse querelle avec l'infâme Fréron . Vous m'aviez écrit que je pouvais compter sur Son Altesse Sérénissime . Il est dur d'être détrompé . L'ouvrage mérite par lui-même la protection de tous ceux qui sont à la tête de la nation ; Mlle Corneille la mérite encore plus . Je saurai bien venir à bout de cette entreprise honorable sans le secours de personne, mais j'aurais voulu pour l'honneur de mon pays être plus encouragé d'autant plus que c'est presque le seul honneur qui nous reste . L’infamie dont les Fréron et quelques autres couvrent la littérature, exige que tout concoure à relever ce qu'ils déshonorent . Secondez-moi au nom des Horaces et de Cinna .

Votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. »

 

Écrire un commentaire