Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2016

Je prends une plus grande liberté . Je me soumets à votre arbitrage

... L'arbitrage du peuple . Si j'en crois les derniers chiffres de sondages, plus de 60% d'électeurs se disent prêts à participer aux élections des primaires ! Ha !  la belle affaire !

Français vous êtes vraiment inconséquents . Voter pour des primaires , vous le pouvez et puis pfutt ! plus personne pour la suite, comme si vous aviez achevé les travaux d'Hercule simplement  avec vos petits doigts sur vos IPhones (bouffeurs de temps et de cervelles, qui engraissent des multinationales).  

Petit rappel :

"En poursuivant votre navigation sur ce site vote, vous acceptez l'utilisation de cookies l'élection de couillons. Ces derniers assurent le bon fonctionnement rendement de nos services leurs bénéfices. En savoir plus ."

En savoir plus , et pourquoi pas : https://www.youtube.com/watch?v=u6PfBfDIUEI

 Afficher l'image d'origine

 

 

« A Jean-Philippe Fyot de La Marche

A Ferney, par Genève, 28 septembre 1761

Monsieur, je crois rendre ce que je dois à votre probité et en même temps montrer mon respect pour vous et pour le parlement en vous instruisant du procès et du procédé de M. le président De Brosses 1. Je ne sais quel fétiche le possède 2. Mais j'ose vous supplier, monsieur, de lire ma réponse à l'assignation qu'il m'a donnée . Je prends une plus grande liberté . Je me soumets à votre arbitrage . Monsieur votre père, qui m'a fait l'honneur de passer quelques jours dans ma cabane, est instruit de toute cette affaire . Elle est exactement telle que le mémoire ci-joint la présente . Je n'ai altéré aucune circonstance . Jugez s'il est convenable à un homme qui a l'honneur d'être de votre respectable corps de s'exposer à de telles vérités . Sa conduite me fait autant de peine pour lui que pour moi-même et je demande votre pitié pour lui et pour moi . Il est dur de plaider contre lui et il est triste qu'il plaide . Il ne doit qu'apaiser les différends et non en avoir . Celui-ci est d'une nature bien étrange ; je crois lui rendre un très grand service en prenant la liberté de m'adresser à vous . Et s'il veut s'en remettre à votre jugement, je m'y soumets comme je le dois .

Je suis avec beaucoup de respect,

monsieur,

votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire . »

1 Le procès de V* avec De Brosses au sujet du paiement du bois qu'il s'était fait livrer le premier avait été déféré le 24 septembre devant le bailliage de Gex . Voir : https://archive.org/stream/laquerelleduprs01cunigoog/laquerelleduprs01cunigoog_djvu.txt

2 De Brosses avait écrit un ouvrage sur les « dieux fétiches » ; voir lettre du 12 décembre 1759 à De Brosses : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2014/12/21/et-parcus-victus-cum-deficiente-crumena-et-une-vie-frugale-e-5517378.html

 

Écrire un commentaire