Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2016

pour vous amuser pendant les vendanges, souffrez que je vous prenne pour arbitrer conjointement avec monsieur le premier président et monsieur le procureur général

... Je ne veux que votre bien, évidemment, Nicolas Sarkozy, -vous qui affectez de ne pas boire de vin,- souffrez que vous ayez votre mot à dire au tribunal (la vérité pour une fois, ça nous changerait ) , péroreur lassant, cheval de retour même pas bon pour faire des raviolis . Présumé non coupable selon la formule consacrée, mais bon à mettre au rebut : soit vous saviez pour les dépenses excessives de votre campagne, et vous êtes un foutu salopard menteur, soit vous ne saviez rien, et vous êtes un profiteur de première grandeur , un gaspilleur irresponsable indigne des suffrages de ceux qui vous payent  .

Hier soir, ayant choisi de regarder Les Incorruptibles (sans doute, inconsciemment, pour contrebalancer les informations qui précèdent) quelle ne fut pas ma surprise mêlée d'un rire salutaire, de voir Robert de Niro-Al Capone faire une déclaration grand-guignolesque dans le style de Nico le racoleur : le ton , les gestes, les tics tout y était , à se demander si ce n'était pas notre ex-président qui avait servi de modèle à l'acteur . 

 Autre petit exemple (je n'ai pas trouvé celui dont je parle ci-dessus ) : https://www.youtube.com/watch?v=dgoDvnebHRw

 

 Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

 "Je suis à un doigt d'être le meilleur acteur " : Nicolas dixit .

 

 

 

« A Antoine-Jean-Gabriel Le Bault

A Ferney par Genève 30 septembre 1761 1

Monsieur, pour vous amuser pendant les vendanges, souffrez que je vous prenne pour arbitrer conjointement avec monsieur le premier président 2 et monsieur le procureur général 3. Le procédé de M. le président De Brosses vous surprendra peut-être, mais il ne surprend ici personne . J'en suis fâché pour lui plus que pour moi .

J'ai l'honneur d'être avec bien du respect

monsieur

votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire . »

1 Selon l'édition Correspondance inédite, 1836, la lettre était accompagnée d'un mémorandum qu'on trouvera après la lettre du même jour à de Ruffey .

2 Le jeune Fyot de La Marche Jean-Philippe .

 

Écrire un commentaire