Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2016

Vous ne direz plus qu'il est bon homme quand il a de l'argent . Qu'il tremble ! Il ne s'agit pas de le rendre ridicule, il s'agit de le déshonorer . Cela m'afflige . Mais il paiera cher la bassesse d'un procédé si coupable et si lâche .

... Jean-Marc Morandini, lâche profiteur, on te parle ! Je souhaite que justice se fasse au plus tôt , t'élimine du paysage audio-visuel sans rémission . Te déshonorer n'est plus au programme tu t'en es chargé toi-même .

 

 

 

« A Germain-Gilles-Richard de Ruffey

7 octobre [1761]

Mon cher président vous avez une belle âme, vous n'êtes point fétiche . Je suis pénétré de vos bontés,et je compte sur votre amitié pour le reste de ma vie . J'envoie à M. de Blancey 1 et à M. de Varenne 2 mes réponses à l’assignation du fétiche . Corneille me reproche de le quitter pour des fagots . Son ombre en murmure . Il est cruel de passer de Cinna et de Rodogune à une assignation, mais que faire ? Le misérable m'accable d'exploits, il faut répondre 3.

Je vous supplie de lire dans le mémoire envoyé à M. de Blancey un petit trait oublié dans le vôtre . Le fétiche demande de l'argent de ses moules et de ses fagots . Il dit dans son exploit que Baudy lui rend 12 livres du moule . Baudy dans son exploit me demande 12 livres du moule . Il est évident que si le fétiche avait vendu réellement à Baudy des bois à 12 livres le moule, le dit Baudy, marchand, les vendrait davantage . Il est clair qu'il compte avec le fétiche de clerc à maître , et que le fétiche lui donne quelque chose pour ses peines . Il est démontré comme je le dis, que le président a fait une vente simulée, qu'il m'a trompé grossièrement, dans le temps qu'il me vendait sa terre .

Et si je vous disais que je soupçonnai cette bassesse il y a trois ans, et que je déclarai que je ne laisserais point sortir ses bois, à moins qu'on me montrât un acte réel de vente, et que le président m'en fit présenter un faux par Baudy, que diriez-vous, vous homme vertueux ? Songez qu'il faisait cette infamie dans le temps qu'il recevait de moi 47 4 mille livres ! Vous ne direz plus qu'il est bon homme quand il a de l'argent .

Qu'il tremble ! Il ne s'agit pas de le rendre ridicule, il s'agit de le déshonorer .

Cela m'afflige . Mais il paiera cher la bassesse d'un procédé si coupable et si lâche .

Je vous embrasse . Vous me consolez . »

1 Qui était en relation avec le président De Brosses ; voir : https://archive.org/stream/leprsidentdebro03brosgoog/leprsidentdebro03brosgoog_djvu.txt

2 Jacques Varenne père et son fils ainé Varenne de Béost, tous deux secrétaires des États de Bourgogne . Varenne de Béost était correspondant de l'Académie des Sciences et frère du savant agronome Varenne de Fenille .

3 Le texte le plus significatif parmi ses « réponses » est un mémoire de 4 pages, olographe, reproduit par Besterman, App. D 209, t . XXIII, p. 493-496 . V* y déploie ses talents d’avocat et de juge d'instruction contre un adversaire digne de lui .

4 V* avait d'abord noté 95 .

 

 

 

Écrire un commentaire