Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2016

Tenez, monseigneur, lisez et labourez ; mais les cardinaux ne sont pas comme les consuls romains, ils ne tiennent pas la charrue

... Ils ont des mains d'intellectuels, de bureaucrates, de gratte-papier, et ont une voiture de fonction, ni tracteur ni charrue pour les "princes" de l'Eglise catholique ; eux et  les pasteurs et prédicateurs, popes et imams sont bien loin des prêtres ouvriers que l'autorité papale a su si bien condamner puis heureusement rétablir . Je les ai découverts, il y a quelques années déjà, par les romans de Gilbert Cesbron, toute  reflexion faite un Zola catholique qui donnerait l'envie de croire au petit Jésus si seulement les dogmes étaient moins ineptes .

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%AAtre_ouvrier

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

« Au cardinal François-Joachim de Pierre de Bernis

A Ferney , le 26 octobre [1761] 1

Tenez, monseigneur, lisez et labourez ; mais les cardinaux ne sont pas comme les consuls romains, ils ne tiennent pas la charrue . Si Votre Éminence est à Montélimar, vous y verrez M. le duc de Villars, qui n'est pas plus agriculteur que vous . Il n'a pas seulement vu mon semoir ; mais en récompense, il a vu une tragédie que j'ai faite en six jours . La rage s'empara de moi un dimanche et ne me quitta que le samedi suivant . J'allai toujours rimant, toujours barbouillant ; le sujet me portait à pleines voiles ; je volais comme le bateau des deux chevaliers danois, conduits par la vielle 2 . Je sais bien que l'ouvrage de six jours trouve des contradicteurs dans ce siècle pervers, et que mon démon trouvera aussi des siffleurs ; mais en vérité, deux cent cinquante mauvais vers par jour , quand on est possédé, est-ce trop ? Cette pièce est toute faite pour vous ; ce n'est pas que vous soyez possédé aussi, car vous ne faites plus de vers ; ce n'est pas non plus de votre goût dont j'entends parler , vous en avez autant que d'esprit et de grâces ; nous le savons bien . Je veux dire que la pièce est toute faite pour un cardinal . La scène est dans une église, il y a une absolution générale, une confession, une rechute, une religieuse, un évêque . Vous allez croire que j'ai encore le diable au corps en vous écrivant tout cela ; point du tout, je suis dans mon bon sens . Figurez vous que ce sont les mystères de la bonne déesse, la veuve et la fille d'Alexandre retirées dans le temple . Tout ce que l'ancienne religion a de plus auguste, tout ce que les plus grands malheurs ont de touchant, les grands crimes de funeste, les passions de déchirant et la peinture de la vie humaine de plus vrai . Demandez plutôt à votre confrère le duc de Villars . Je prendrai donc la liberté de vous envoyer ma petite drôlerie, quand je l'aurai fait copier ; vous êtes honnête homme et vous n'en prendrez point de copie, vous me la renverrez fidèlement . Mais ce n'est pas assez d'être honnête homme . C'est à vos lumières, à vos bontés , à vos critiques, que j'ai recours . Que le cardinal me bénisse et que l'académicien m'éclaire ; je vous en conjure .

Permettez-moi de vous parler de vous, qui valez mieux que ma pièce . Pourquoi rapetasser ce Vic ? Ce Vic est-il un si beau lieu ? Ce qui me désespère, c'est qu'il est trop éloigné de mes déserts charmants . Soyez malade, je vous en prie ; faites comme M . le duc de Villars, vous n'en serez pas mécontent . Le chemin est frayé, ducs, princes, prêtres, femmes dévotes, tout vient au temple d'Epidaure ; venez-y, je mourrai de joie . Les Délices sont à la portée du docteur, elles sont à vous et mériteront leur nom . Quatre-vingt mille livres de rente étaient assez pour Saint Lin 3, mais ce n'est pas assez en 1761 ; sans doute que vous êtes réduit à cette portion congrue de cardinal par des arrangements passagers . Pardon , mais j'aime passionnément à oser vous parler de ce qui vous regarde . Je m'y intéresse sensiblement . Recevez mon tendre et profond respect, c’est mon cœur qui vous parle . »

1 Une copie est passée à la vente marquise de Barols (Londres, 19 juillet 1883) . Bernis avait répondu le 13 octobre 1761 à la lettre de V* du 7 octobre 1761 ( http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/09/22/deux-cent-mille-livres-de-rente-et-un-chapeau-rouge-on-est-a-5851160.html ) : « […] j'ai une humeur goutteuse dans le corps, qui n'est pas encore bien fixée aux extrémités, et qui pourrait bien m'obliger d'aller consulter l'oracle de Genève [Tronchin] ; dans cette consultation il entrerait autant de désir de vous revoir que d'envie de guérir . Envoyez-moi votre Épître sur l'agriculture . Je ne bâtis point, mais je répare mon vieux château de Vic-sur-Aisne, je plante mon jardin et les bords de mes prés ; voilà toutes les dépenses que l'état de mes revenus me permet ; au lieu des deux cents mille livres de rente que vous me donnez , j'en ai à peine quatre-vingts, ; mais les premiers diacres de l’Église romaine n'en avaient pas tant et je ne suis pas fâché d'être le plus pauvre des cardinaux français , parce que personne n'ignore qu'il n'a tenu qu'à moi d'être le plus riche . […] Je serai à la fin du mois à Montélimar où je compte passer l'hiver . Votre banquier de Lyon pourrait remettre le paquet de vos remarques au sieur Henri Gonzebat, qui fait mes commissions dans cette ville : c'est un bon Suisse fort exact qui me ferait parvenir cette pacotille ; elle vous reviendrait par la même voie sans aucun inconvénient . Pierre Corneille et François de Voltaire me suivent dans tous mes voyages . »

2 La vieille sert de nocher à Carlo et Ubaldo au Livre XV de La Jérusalem délivrée du Tasse . http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8617147r/f159.item.zoom

3 Linus passe traditionnellement pour le successeur de Pierre ; Voltaire doutait de son existence ; voir Essai sur les mœurs, VIII et « Apôtres » du Dictionnaire philosophique , voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2015/02/dictionnaire-philosophique-a-comme-apotres.html.

 

Écrire un commentaire