Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2016

Mes prêtres chez moi doivent prier Dieu , et ne point se battre

... Ni bénir de futurs fanatiques assassins dogmatiques au nom de quelque sainte église que ce soit ! Non plus que de les absoudre pour services rendus à la dite église .

Afficher l'image d'origine

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol , comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce du Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

26 octobre 1761 1

Mes anges ont terriblement affaire avec leur créature . Je pris la liberté de leur envoyer il y a quelque temps un paquet pour Mme Du Deffand . Il y avait dans ce paquet une lettre pour elle, et dans cette lettre 2 je lui disais, rendez le paquet aux anges quand vous l'aurez lu afin qu'ils s'en amusent . Je n'ai point entendu parler depuis de mon paquet .

Le Droit du seigneur vaut mieux que Zulime : et cependant vous faites jouer Zulime 3 .

Olympie ou Cassandre vaut mieux que Le Droit su seigneur . Qu'en faites-vous ?

N.b. qu'au commencement du troisième acte le curé d’Éphèse dit peuples secondez-moi .

Je n'aime pas qu'on accoutume les prêtres à parler ainsi . Cela sent la sédition, cela ressemble trop à Malagrida et à ce boucher de Joad . Mes prêtres chez moi doivent prier Dieu , et ne point se battre . Je vous supplie de vouloir bien faire mettre à la place :

Dieu vous parle par moi .4

Un petit mot de Malagrida, et de l'Espagne je vous en prie .

J'ignore l'auteur des Car, mais Lefranc de Pompignan mérite correction . Il serait un persécuteur s'il était en place . Il faut l’écarter à force de ridicules . Ah s'il s'agissait d'un autre que d'un fils de France 5, quel beau champ! quel plaisir ! Marie Alacoque n'était pas un des plus heureux sujet . Mais apparemment l'auteur des Car, est un homme sage qui a craint de souffleter Lefranc sur la joue respectable d'un prince dont la mémoire est aussi chère que la plume de son historien est impertinente .

Dites-moi donc quelque chose de l'Espagne en revenant d’Éphèse, ô divins anges, des ailes desquels je baise le bout .

V.

A propos il m'est venu un jésuite portugais qui m'a demandé de l'emploi dans ma maison . Je lui ai cité l’aumônier Poussatin, je lui ai proposé un habit de laquais et sans Mme Denis j'aurais un laquais jésuite . Il est cruel que la chose n'ait pas eu lieu . »

1 Manuscrit olographe daté 25 corrigé en 26, suivi par Kehl ; les éditions qui suivent mêlent à cette lettre une partie de celle du 28 octobre 1761 aux d'Argental pour former une lettre datée du 26 octobre .

2 ce paquet corrigé en cette lettre .

3 Reprise pour neuf représentations du 29 décembre 1761 au 16 janvier 1762 .

4 Aucune de ces deux versions ne fut retenue pour le texte définitif d'Olympie, Ac. III, sc. 1 .

5 Le duc de Bourgogne, dont Lefranc de Pompignan avait failli être le précepteur .

 

Écrire un commentaire