Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2017

Est-il recteur, professeur ?

... Que non !

ELLE -- Najat Vallaud-Belkacem-- est ministre de l'Education nationale et fait de l'autosatisfaction à l'égal des présidents de la république successifs ( qui sont maîtres dans cet art, depuis l'origine, en indignes successeurs de nos rois de droit divin ) .

 http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/coi...

Afficher l'image d'origine

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

et à

Nicolas-Claude Thieriot

[9 janvier 1762] 1

Frère V., est tout ébahi de recevoir dans l'instant une pancarte du roi adressée aux gardes de son trésor royal avec un bon, rétablissant une pension que frère V. croyait anéantie depuis douze ans 2. Que dira à cela Catherin Fréron, ? Que dira Lefranc de Pompignan ? V. embrasse les frères et soutient toujours que Thieriot est un pare[sseux].

J'espère que je contribuerai avec les états de Bourgogne (dont mous avons l'honneur d'être) à donner un vaisseau au roi . Mais si les Anglais me le prennent, je ferai contre eux une violente satire .

Je vous prie de me dire où demeure ce pédant de Crevier 3. Est-il recteur, professeur ? Je lui dois mille tendres remerciements . »

1 Copie Beaumarchais qui ajoute l'essentiel de ce texte à celui de la lettre du 18 janvier aux mêmes ; l'édition de Kehl a peut-être emprunté le dernier paragraphe à une autre lettre .

2 Le 12 janvier 1762, Du Pan annonçait la nouvelle à Freudenreich ainsi : « Voltaire eut samedi une lettre sur bureau de M. de Saint Florentin, avec une patente du roi pour une pension de 2000 livres . C'est sans doute la pension qu'il avait eue ci-devant comme historiographe du roi . C'est le duc de Choiseul, son ami, qui l'a fait renouveler, sans lui en rien dire . La pension n'est rien pour Voltaire, mais cette marque de faveur du roi lui fait autant de plaisir qu'elle a fait de peine à ses ennemis . Il ira peut-être faire un tour à Paris . » Voir aussi le début de la lettre du 10 janvier 1762 aux d'Argental .

 

Écrire un commentaire