Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2017

il est bien bavard, bien rhéteur, bien entortillé, et vous présente toujours sa pensée comme une tarte des quatre façons ; cependant il faut le commenter

... Et c'est là qu'on se dit que le métier de journaliste n'est pas rose tous les jours !

Mais qui est ce "il" ? 

Qui vous voudrez, selon vos accointances politiques ; chacun voyant midi à sa fenêtre, je vous laisse encadrer qui vous voulez (par opposition au proverbial : "celui-là, je ne peux pas l'encadrer !" ) .

Notre bienveillante télévision qui cherche à nous instruire a (encore ! ) diffusé un débat de candidats bavards à défaut d'être créatifs ...

 

... -Personne ne sortira de cette pièce avant que nous n'ayons pu répondre à ces deux questions:
 a) Qui a organisé cette réunion? b) Dans quel but ?

 http://emagicworkshop.blogspot.fr/2015/06/voutch-outch-ou...

 

 

« A Henri Lambert d'Herbigny, marquis de Thibouville

26è janvier 1762, aux Délices

Je vous jure, mon cher marquis, que le Droit du Seigneur, qu’on intitule sottement l’Ecueil du Sage, est une pièce meilleure sur le papier qu’au théâtre de Paris ; car à ce théâtre on a retranché et mutilé les meilleures plaisanteries ; votre nation est légère et gaie, je l’avoue ; mais pour plaisante, elle ne l’est point du tout. Vous n’avez pas, depuis le Grondeur 1, un seul auteur qui ait su seulement faire parler un valet de comédie. Je conviens que l’intérêt et le pathétique ne gâtent rien ; mais sans comique point de salut. Une comédie où il n’y a rien de plaisant n’est qu’un sot monstre. J’aime cent fois mieux un opéra-comique que toutes vos fades pièces de La Chaussée. J’étranglerais mademoiselle Dufresne 2 pour avoir introduit ce misérable goût des tragédies bourgeoises, qui est le recours des auteurs sans génie. C’est à ce pitoyable goût qu’on doit le retranchement des plaisanteries du Droit du Seigneur. Je m’intéresse fort à cette pièce ; je sais qu’on me l’attribue, mais je vous jure qu’elle est d’un académicien de Dijon 3. Regardez-moi comme un malhonnête homme si je vous mens. Je vous prie, vous et vos amis, de le dire à tout le monde ; nous jouerons incessamment cette pièce sur un théâtre charmant, que vous devriez bien venir embellir de vos talents admirables.

On dit que mademoiselle Dubois n’a pas joué Atide en fille d’esprit, et que Brizard est à la glace : ce n’est pas ainsi que nous jouons la comédie chez nous. Comptez qu’à tout prendre, notre tripot vaut bien le vôtre. Mademoiselle Corneille joue Colette comme si elle était l’élève de mademoiselle Dangeville , c’est une laideron très jolie et très bonne enfant ; j’ai fait en elle la meilleure acquisition du monde; monsieur son oncle me fatigue un peu , il est bien bavard, bien rhéteur, bien entortillé, et vous présente toujours sa pensée comme une tarte des quatre façons ; cependant il faut le commenter ; vous êtes sans doute sur la liste ; ce sont les Cramer qui sont chargés des détails ; pour moi, je ne me mêle que d’être un très pesant commentateur, beaucoup moins pour le service de l’oncle que pour celui de la nièce. Entre nous vive Racine , malgré sa faiblesse. »

2 Mlle Quinault ou Dufresne la jeune .

3 V* ne ment pas , – ou presque pas, – il est effectivement membre de l'académie de Dijon .

 

Écrire un commentaire