Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2017

il n’appartient qu’à un siècle ridicule de ne vouloir pas qu’on rie.

... Fillon

... Macron

... Mélenchon

... Hamon

... Marion

... Du . on

A quoi bons ? bons à rien .

Afficher l'image d'origine

Je confirme .

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

4 février [1762]

Mon cher frère saura que je lui ai écrit toutes les postes, que j’ai déterré les deux exemplaires de l’Oriental 1 avec les Sentiments du curé 2, dont j’ai fait trois envois à trois postes différentes. Je suis frère fidèle, et frère exact.

M. Picardin, de l’Académie de Dijon, attend toujours avec grande impatience le Droit du Seigneur, tel qu’on l’a châtré et mutilé. Il me le prêtera, et nous le jouerons incontinent à Ferney sur un très joli théâtre. Et si jamais frère Thieriot, qui n’est pas retenu par le vingtième, et qui n’a rien à faire, vient voir nos petites drôleries, il trouvera peut-être que mademoiselle Clairon ne désavouerait pas madame Denis pour son élève, et que mademoiselle Corneille pourrait passer pour celle de mademoiselle Dangeville.

M. Picardin vous prie très instamment, mon cher frère, de continuer vos bontés à cet Ecueil du Sage. Il ne serait peut être pas mal de faire mettre dans L'Avant-Coureur 3 qu’on s’est trompé quand on m’a attribué cet ouvrage, et qu’on n’est point du tout sûr qu’il soit de moi. Cela servirait à dérouter le public, que les grands politiques doivent toujours tromper.

M. Picardin vous supplie de faire deux lots du produit de l’histrionage : l’un sera pour le cher frère Thieriot, le plus grand paresseux de la cité ; l’autre sera en dépôt chez M. de Laleu, notaire, pour être perçu par celui à qui il est promis.

M. Picardin, qui a du goût, a été fort irrité que les histrions aient retranché à la fin, ai-je perdu la gageure ? Ce n’est pas la peine de faire une gageure pour n’en pas parler ; c’est la discrétion qu’il faut que le marquis paie. On s’est mis depuis quelque temps à proscrire le comique de la comédie ; c’est là le sceau de la décadence du génie. Le goût est égaré dans tous les genres, et il n’appartient qu’à un siècle ridicule de ne vouloir pas qu’on rie.

Je lis toujours avec édification le Manuel de l’Inquisition, et je suis très fâché que Candide n’ait tué qu’un inquisiteur 4.

Mandez-moi, je vous prie, mon cher frère, si vous avez reçu tous mes paquets, et engagez tous mes frères à poursuivre l’inf… de vive voix et par écrit, sans lui donner un moment de relâche.

Votre passionné frère, V. »

2 Testament de Jean Meslier, 1762 ; voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Meslier

 

Écrire un commentaire