Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2017

Siccitas viscerum nulla arte curari potest / Il n'est pas d'art qui puisse guérir la sécheresse des humeurs

... C'est ainsi que je trouve moi aussi que Marine Le Pen, humainement, est inguérissable , et son discours  qui "... forme une diarrhée ; ensuite l'érésipèle succède à la diarrhée, puis la diarrhée à l'érésipèle", choses peu appétissantes qu'elle ose nous présenter comme choses désirables . Heureusement cette maladie brune ne sera pas épidémique , si nous nous lavons soigneusement les mains par un vote réaliste .

 

 

 

« A Théodore Tronchin,

docteur à Genève

Vendredi matin 18è juin [1762] 1

Mon cher confrère, n'est-il pas vrai que tout corps animal est un laboratoire de chimie, beaucoup plus qu'une simple machine hydraulique ? Toutes nos liqueurs sont si âcres, si virulentes, si enflammées, qu'on en fait du phosphore . Le résidu de notre nourriture ne peut s'échapper que quand il a acquis un degré de corruption capable d'aiguillonner le mouvement péristaltique des intestins .

Heureux le mortels dont les entrailles sont souples, lubrifiées, entourées d'une graisse douce qui rend le jeu des ressorts facile ! Malheureux les mortels qui ont des entrailles sèches, dures ! Siccitas viscerum nulla arte curari potest 2! Je connais un de vos clients, dont les tristes viscères sont dans un funeste état . Il a eu une espèce d'érésipèle après avoir pris le lait d'ânesse . Cet érésipèle diminue, et disparaît même quand le résultat de la nourriture imprégné des parties corrosives qui sont dans la masse des humeurs force les intestins à lui livrer passage . Cela forme une diarrhée ; ensuite l'érésipèle succède à la diarrhée, puis la diarrhée à l'érésipèle , et voilà un pauvre homme bien accommodé .

Ma pathologie ainsi faite, mon pronostic est qu'on n'a pas longtemps à souffrir sur ce globule . Mon avis est qu'on tâche de souffrir le moins qu'on peut, et qu’on prenne les aliments les plus doux en la plus petite quantité  . C'est ce que je fais en tâchant de dompter l'infâme passion de la gourmandise .

Si vous avez quelque secret meilleur que celui-là, dites-le moi, car il faut s'aider les uns les autres .

Mettez-moi aux pieds de Mme la duchesse d'Anville . Je me suis fait faire une paire de souliers, et un beau justaucorps exprès pour lui faire ma cour, mais je n'ai pu me parer encore . Je n’ai pu même aller chez Mme Constant ma voisine quand vous y étiez ; jugez si j'ai pu aller dans votre ville hérétique en risquant de rencontrer le consistoire dans les rues .

Mandez-moi je vous prie comment on prend à Genève le petit accident arrivé à Jean-Jacques 3, ce cruel ennemi de la médecine . Vos prêtres n'avaient pas le nez assez fin quand ils l'ont pris pour leur apôtre . Bonjour mon divin Esculape .

V. »

1 L'édition Tronchin B. est limitée à deux extraits .

2 Il n'est pas d'art qui puisse guérir la sécheresse des humeurs .

3 Comme on l'a vu, l'Émile fut condamné à Paris le 9 juin 1762 ; Genève condamna l'ouvrage le 11 . quatre jours avant cette lettre, Théodore Tronchin écrit à Vernes : « Je voudrais que ce malheureux homme [Rousseau] mourût […] car ses deux derniers ouvrages feront bien du mal ; on les a défendus ici ; mais à quoi sert une défense qui ne sert qu'à exciter la curiosité ? »

 

Écrire un commentaire